Exposition au Centre Culturel et Social de Belfort Nord

A Belfort, l’artiste poursuit ses rencontres de citoyens du monde. Dix-huit belfortains habitant les quartiers de Belfort Nord, Barres et Mont ou Jean Jaurès ont bien voulu se prêter à ce jeu, pour nous raconter leurs histoires, et nous inviter au voyage de la rencontre et de la fraternité.

Centre Culturel et Social de Belfort Nord à Belfort
du 16 mai au 24 juin 2011

du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h
Entrée libre

Article à lire sur www.cafe-geo.net

Pour cette rentrée littéraire, Gilles Fumey, président de l’assocation Cafés géographiques, nous livre un article sur le dernier livre de Michel Houellebecq, « La carte et le territoire ». Les cartes géographiques sont ici le lien inattendu entre écrivain, géographe et photographe.

Citation :
 » Houellebecq n’est pas le seul à avoir esthétisé les cartes de géographie aujourd’hui. La photographe Céline Boyer a exposé l’hiver dernier des cartes sur des mains racontant la mémoire de notre appartenance. Ainsi vont les cartes. »

http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=2000

Parution d’un article dans La chronique d’Amnesty International – Mai 2010

Extrait :

« Menues, marges, avec ou sans alliance, doigts écartés ou serrés, des photographies de mains tendues vers le haut. Dans chaque paume, une carte en couleur se superposent aux lignes de la main. Belle idée que celle de l’artiste Céline Boyer, jeune graphiste et photographe, qui a exposé son travail à Besançon… »

Lire la suite de l’article La Chronique-Mai2010

Emission GACHA EMPEGA sur Radio Campus Besançon

Emission GACHA EMPEGA en direct sur Radio Campus Besançon
Radiodiffusée le vendredi 2 avril 2010
à écouter sur le site croqueurdeson

Emission GACHA EMPEGA sur Radio Campus Besançon – Radiodiffusée le vendredi 8 janvier 2010

Extrait :
« (…) Céline Boyer donne à aimer au creux de la chair photographiée le mouvement de leur destinée. Au travers d’un tracé cartographique sur chaque main, nous pouvons refaire le voyage de chacun. Leurs ancêtres ont traversé les frontières, mais eux vivent là. Ils sont aussi d’ailleurs, témoins malgré eux des espaces cultivés par leurs aïeux russes, italiens, polonais ou africains …. Ils sont des millions depuis des millénaires à fouler le sol de France devenu leur terre d’accueil.»