Dire les maux

texte : miroirs de femmes, reflets de quartiers - illustration : Christian Maucler

En France plus d’une femme sur 7 est victime de violences conjugales. Celles-ci ne sont pas seulement physiques. Elles sont aussi psychologiques (critiques plus ou moins systématiques, contrôle de tous vos actes, interdictions diverses et humiliations en privé ou en public).
Au début, il n’y a pas nécessairement volonté de faire du mal de la part du compagnon, mais la frontière entre le simple mot et celui qui va trop loin est très fine. C’est la façon dont les mots sont dits, sont enfoncés qui va faire basculer les choses. Il y a aussi les attitudes, les silences.

La violence psychologique ne s’installe pas comme ça brutalement. C’est comme une toile d’araignée. La personne est dans un mouvement, dans un rôle dont on ne peut plus se sortir. Les deux sont dans une spirale de violence.

Ne vous dites pas que vous la seule et surtout pas que vous êtes seule. Subir les violences de son conjoint n’est pas une situation normale ou une fatalité. C’est tout simplement inacceptable.
Ne restez pas dans le silence et la peur. Pouvoir parler, pouvoir agir : c’est déjà s’en sortir.
Des [post=’8′ text=’professionnels’] peuvent vous aider à prendre une décision.
Psychologique, verbale ou physique, la violence isole. Ne la laissez pas s’installer ( le site stop-violences-femmes-gouv.fr vous donne beaucoup d’informations)
vous pouvez appeler le 39 19 (n° gratuit)

En France plus d’une femme sur 7 est victime de violences conjugales. Celles-ci ne sont pas seulement physiques. Elles sont aussi psychologiques (critiques plus ou moins systématiques, contrôle de tous vos actes, interdictions diverses et humiliations en privé ou en public).

Au début, il n’y a pas nécessairement volonté de faire du mal de la part du compagnon, mais la frontière entre le simple mot et celui qui va trop loin est très fine. C’est la façon dont les mots sont dits, sont enfoncés qui va faire basculer les choses. Il y a aussi les attitudes, les silences.

la femme du futur

L’action collective « Les elles du vendredi » co-animée par madame Anne Claire Malcuit,éducatrice de prévention spécialisée à l’ADDSEA avec deux assistantes sociales du centre médico-social de Planoise (Mme Palenciano et Mme Jeanningros), s’adresse à un groupe de femmes de tout âge, habitant le quartier de Planoise.
Cette action a pour objectifs principaux : l’estime de soi, la découverte d’activités culturelles, de bien être et l’expression des personnes, visant à une meilleure insertion sociale et professionnelle.

En avril 2009, nous avons accueilli la compagnie théâtrale Gravitation afin d’imaginer ensemble un futur idéal…
Les idées des femmes ont été notées par la compagnie qui s’en servira prochainement pour la création d’un spectacle de théâtre ayant pour thème « Now Futur » et qui se jouera au Nouveau Théâtre de Besançon du 23 au 27 novembre 2009.

Beaucoup d’autres groupes sollicités par les éducateurs de Prévention Spécialisée, ont participé à cette action avec Gravitation, notamment les élèves des collèges Diderot, Voltaire, le lycée Tristan Bernard et d’autres groupes de jeunes des autres quartiers de Besançon.

A la suite de cette rencontre avec les comédiens et le metteur en scène de la compagnie Gravitation, le groupe des « elles du vendredi » a décidé d’écrire un texte poétique en imaginant la femme dans le futur, texte qui a vu le jour au sein d’une activité de réalisation de foulards à porter lors de la fête des femmes organisée par les femmes des « elles » et celles participant au temps des mamans de la loulouthèque.

C’est dur d’être une femme aujourd’hui
Parce qu’elle n’est pas reconnue
Dans le futur, la femme sera soutenue et entendue
Tout au long de sa vie
La femme sera en haut
Et l’homme la couvrira de cadeaux
Il s’occupera des enfants
Fera le ménage de l’appartement
Il sera doux et attentionné
Il aimera discuter
Pour elle, son mari sera parfait
La femme n’est pas une bête
Mais ne se transformera pas en machine
Elle ne sera plus jamais analphabète
Et fera le métier qui lui plait
La femme sera critique
Elle fera de la politique
Dirigera la vie économique
Pour la femme du futur,
Plus rien ne sera dur…

Awatif, Hadda, Jacqueline, Kedidja, Nora, Sandrine, Souad. Participant « aux Elles du vendredi »