Pour mon village

On est arrivé là-bas le soir. On s’est perdu parce qu’on était vraiment dans la brousse. Et dans la brousse, il n’y a pas de route. A un moment, on est descendu de voiture et on a ramassé des cailloux pour, en quelque sorte, tracer le chemin à suivre par le chauffeur. Arrivés à la maison de mon oncle, on était tout couvert de poussière rouge. La poussière de la brousse. On a dormi ainsi « peints en rouge » et en plus transis de froid. La nuit, il fait très froid. Le lendemain matin, on nous a chauffé de l’eau et on s’est lavé avec les calebasses !

Cette aventure a décidé mon fils à fonder l’association « rêves d’Afrique » pour aider les villageois à avoir de l’eau. Mais cela a mis tellement de temps que ces derniers ont pensé qu’il avait changé d’avis.  Il a mis deux ans pour pouvoir récolter des fonds. Nous avons pu alors repartir au village avec une  pompe de forage.

Imaginez, il faut 17 personnes pour la transporter de la ville jusqu’à la brousse !

Tout le village en effervescence est venu assister au forage.
Continuer la lecture