Rencontre entre des lecteurs de médiathèque Aimé Césaire et « Miroirs de femmes »

Un grand merci à Francine JORIS, qui, par une pluie battante, a accompagné notre  groupe ce jour-là et a écrit ce texte en laissant parler son coeur :

« Nous avions rendez-vous le 26 Septembre à la médiathèque Aimé Césaire. But de l’opération : rencontrer l’équipe des bibliothécaires et le public venu écouter les contes du mercredi après-midi. Chacune avait préparé dans sa langue d’origine une comptine. L’aventure a commencé dans le bus où j’ai rencontré Lioudmilla et Graziella : « On descend où? ». Belle occasion pour se renseigner auprès d’une passagère. Deux arrêts possibles : Foyer ou Brème ? Pour éviter les escaliers, nous nous décidons pour Brème. Nous dénichons alors la médiathèque ruisselante au milieu d’un magnifique bouquet d’arbres. A notre arrivée, plein de soleil dans les sourires des bibliothécaires.

Peu à peu, nous nous imprégnons du lieu et le coin-contes se peuple d’enfants souvent accompagnés de leur maman. L’animateur de Radio Campus installe son matériel d’enregistrement. C’est l’heure ! Tanja présente le groupe, ses activités, ses projets et elle ouvre la séance par une comptine en macédonien, suivie par Lioudmilla qui charme le public avec une comptine russe. Sona reprend le flambeau avec une histoire arménienne. Au fil des contes, le public manifeste de plus en plus son intérêt, visiblement sensible à la mélodie de ces sonorités venues d’ailleurs et à une gestuelle bien communicative. Graziella nous fait goûter une chanson en espagnol. Chantal retrouve sa girafe préférée grâce à la complicité de Françoise, et nous fait des coucous du haut de son long cou. Conny Ross, elle, essaye de ne pas se faire pincer par ce crabe qu’elle nous présente en tagalog (une des langues des Philippines), en anglais et en français. Rien que cela ! Cette première prestation se termine par moi, qui ai le bonheur de « grignoter » la main d’une petite fille avec « la petite souris est passée… ».

Chaque texte a été expliqué en français et chaque prestation saluée par les sourires et les applaudissements. Les artistes offrent une seconde tournée et invitent ensuite l’assemblée à prendre part aux festivités. Très vite, dans la salle, des dames se manifestent, disent des poèmes et entonnent des chansons que nous reprenons toutes (et tous) en chœur avec le clapotis de la pluie pour accompagnement. C’est vraiment un très joli moment de partage, tout en complicité et en douceur – un vrai cadeau ! Des boissons et des chouquettes viennent clôturer cet après-midi de septembre, les langues se sont bien déliées et les conversations vont bon train. On se promet de revenir.