Colloque transdisciplinaire Les Affranchies : Francs-Comtoises Sans Frontières

Le texte qui va suivre a fait l'objet d'une communication lors du Colloque transdisciplinaire Les Affranchies : Francs-Comtoises Sans Frontières, organisé par l'Université de Franche-Comté, Faculté des Lettres, juin 2011.

Pont Besançon

Intitulé Franc-Comtoises d'ici et de là-bas, Lecture de parcours de femmes sur le Site Migrations de Besançon, il s'est proposé    de saisir les lignes fortes de l'expérience de la migration. Expérience non anodine, portant en son creux l'arrachement et la perte, même si le temps et la nécessité de vivre en patinent les effets. Car nul n'est une page blanche.

Puisant à la source des témoignages de femmes originaires de maints endroits du monde, Il tente de mettre en exergue leur entreprise d'apprivoisement et de conquête de l'espace, leurs tâtonnements, leur souffrances et leur révolte, leur lucidité, leur capacité de réflexion et leur découverte d'elle-mêmes. Car, parfois, il est question de renaître à soi, dans la terre de l'exil, "appropriée" de haute lutte.

Voici, une première lecture, une première tentative d'analyse d'une histoire difficile, si ce n'est douloureuse mais qui est aussi une leçon de vie et de courage. Une histoire riche et complexe au sens foisonnant du terme. Ainsi s'y esquissent les thématique autour de la pluralité des langues, des cultures, de la notion d'appartenance, de pays, de lieu, de racines, de traces, de recommencement... Tant de questions passionnantes qui rappellent que le réel ne correspond pas aux représentations univoques et figées.

Le parcours de ces femmes porteuses d'un ailleurs, s'adonnant à la tache de construire un ici et maintenant, est digne d'intérêt. Il apporte sa part au débat.

ô amis
Ne disparaissez jamais
Élargissez le cercle et l'assemblée
Accueillez la passante et son chant
Offrez-lui l'espace de votre regard
A vos côtés faites-lui place
Partagez le pain le sel et les mots
Non les mots gourds et sourds
Mais les mots ouverts et palpitants
Battant du cœur vivant de votre humanité.
S. A k

Lire le texte de cette intervention

Partager cette page :