Conférence : Les Polonais en Franche-Comté

On entend souvent dire que la Franche-Comté accueillit des immigrés suisses, italiens, algériens, turcs. Mais des Polonais ? Leur présence est occultée par celle des Italiens. Or tous les patronymes polonais ne se terminent pas en –ski ou en -ak. J’ai eu un étudiant nommé Raba : il était d’origine polonaise.

Sources et livres sur le sujet

Lorsque je suis arrivée, en 1988, à la Faculté des Lettres de l’Université de Franche- Comté, l’histoire de l’immigration en tant que spécialité étonnait beaucoup. Cela paraissait un épiphénomène. D’ailleurs, quand j’ai consulté les travaux effectués dans et sur la région, j’ai été rapidement édifiée. Evidemment les géographes s’intéressaient à l’immigration à l’époque même où elle se vivait. Les sociologues également. Mais chez les historiens, le sujet s’était arrêté en 1929. Nous ne disposions que de deux ouvrages : une enquête académique datée de 1925 et une thèse de droit soutenue à Lyon par Albert Prost (le père de l’historien Antoine Prost), intitulée L’Immigration en Franche-Comté, publiée en 1929 chez Jacques et Demontrond, ici à Besançon ; cette thèse de droit comportait une dimension historique. Puis, plus rien. Donc le terrain était vierge, ce qui me permit de faire faire à mes étudiants de maîtrise des recherches de première main dans les archives départementales et municipales, complétées par des enquêtes orales.

Je m’étais déjà longuement penchée sur l’histoire des immigrés polonais en France au XXe siècle, lors de la préparation de ma thèse de doctorat d’Etat. Non pas tous les Polonais, mais ceux qui, recrutés collectivement, sont venus en France munis d’un contrat de travail. Leur parcours paraissant moins noble que la Grande Emigration du XIXe siècle, personne ne prêtait attention à eux, à part un ou deux historiens communistes en Pologne. J’ai séjourné plusieurs étés de suite à Varsovie où sont déposées de nombreuses archives sur le sujet. C’était avant, pendant et après le mouvement Solidarnosc. J’ai rencontré des témoins et ai confronté leur parole avec l’enseignement des archives, en France comme en Pologne. C’est un des privilèges de l’historien qui étudie le XXe siècle que celui de rencontrer des survivants. Au cours de cette conférence, j’évoquerai quelques témoins, à présent décédés. Il était donc temps de les interroger.

On entend souvent dire que la Franche-Comté accueillit des immigrés suisses, italiens, algériens, turcs. Mais des Polonais ? Leur présence est occultée par celle des Italiens. Or tous les patronymes polonais ne se terminent pas en –ski ou en -ak. J’ai eu un étudiant nommé Raba : il était d’origine polonaise.

Aux archives départementales, l’impression fut très favorable. Les listes nominatives des recensements de la population sont conservées dans les quatre départements de Franche Comté et, contrairement à ce que pensait Jean Courtieu, alors directeur des archives du Doubs, elles étaient consultables sans dérogation. Dans certains départements, comme celui du Nord, elles ont disparu. Or c’est une source d’une immense richesse. En outre, l’inventaire de la série M des AD du Doubs signale l’existence de 17 liasses intitulées « Réfugiés polonais ». Ces réfugiés sont venus ici au début des années 1830, puis en 1848 et après 1863. C’est par eux que nous allons commencer notre tour d’horizon.

Lire le texte de cette conférence (PDF).

Revenir sur l'exposition "Polonia, des Polonais en France depuis 1830" à la Cité Nationalie de l'Histoire de l'Immigration.

Partager cette page :
  • Bibliographie

    Migrations suisses, réfugiés, réfugiés allemands, espagnols, polonais

     

  • L'art de la passion

    Artiste-Peintre et Maître en arts Plastiques, Grazyna Tarkowska, née en Pologne, vit et travaille en France.
    Diplômée de l'Université Nicolae Copernic à Torun en Pologne, elle s'exprime par la peinture, la sculpture, des
    performances, le dessin et la poésie.

  • Les Polonais en Franche-Comté

    A l'occasion de l'exposition "Polonia, des Polonais en France depuis 1830" à la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration, découvrez la conférence de Mme Janine Ponty (Commissaire scientifique de l'exposition, professeur honoraire des universités)

  • Cirque Plume, arts du cirque (video)

    Bernard Kudlak raconte dans le spectacle "Recréation" les raisons qui l'ont amené à faire du cirque (dans ce spectacle, chaque artiste vient au devant de la scène raconter les raisons qui l'ont amené à faire du cirque).

  • La « Grande Émigration » des Polonais (1830)

    Depuis fort longtemps, la France est une terre d’accueil pour ceux qui ont fui leur pays en raisons des menaces qui pesaient sur eux et leur famille,