Migration et rapport à l’autre

Sommaire

Quel est le bon « mot » : migration ou immigration ? La notion d’immigration est certes essentielle. Mais le mot de migration a le mérite de nous obliger à aborder cette réalité

, en élargissant heureusement notre regard à une vue plus internationale, voire mondiale.

C’est indispensable alors que notre planète connaît une accélération sans précédant de la mondialisation des économies et des modes de vies.

On voit alors que le phénomène de la migration touche aujourd’hui toutes les régions du monde et toutes les catégories sociales. Ce n’était pas le cas jusqu’alors. Et il nous touche tous, que soyons nous-mêmes des migrants, ou que soyons seulement concernés dans notre vie de sédentaire par la migration.
Dans cette perspective, il apparaît que la migration est un des enjeux majeurs du 21ème siècle.

Un phénomène minoritaire et essentiel

On peut noter d’emblée un étonnant paradoxe : la migration est un phénomène minoritaire et cependant c’est un phénomène essentiel.

1/ Phénomène minoritaire. Il y a 200 millions de migrants internationaux ; cela ne correspond qu’à 3 % de la population mondiale. Or, il y a siècle cette proportion des migrants était plus importante (5%) (1) . D’autre part, et on le sait fort peu, plus de 60% des migrants d’aujourd’hui résident dans les pays du Sud et ne quittent pas l’hémisphère Sud. Ce qu’on peut appeler une migration Sud/Sud. On peut donc considérer que ces migrations, qui ne sont pas massives, ne relèvent ni de la conquête, ni de l’invasion, et demeurent faibles, au regard des déséquilibres mondiaux.

2/ Alors pourquoi dire que c’est un phénomène essentiel, un enjeu majeur pour le 21ème siècle ? Pourquoi la migration a-t-elle pris une signification très différente, de celle qu’elle pouvait avoir à la veille de la Première Guerre mondiale, ou même encore au cours des années 1970 ?

D’abord pour une raison d’ordre symbolique. La migration n’est certes pas responsable de la crise de nos sociétés (crise de la démocratie, incertitudes relatives à l’avenir…). Mais c’est l’un des révélateurs les plus représentatifs de la situation de ces sociétés et de leurs mutations : de nos peurs, de nos angoisses, voire de nos fantasmes ; mais aussi de nos plus belles aspirations et de nos plus beaux espoirs.
Mais il y a une autre raison plus importante : il existe bel et bien des bouleversements en profondeur dans la réalité même des faits migratoires.
La mondialisation, y est pour quelque chose, qui s’est accélérée depuis les années 1990, en liaison avec trois faits majeurs : 1/ l’éclatement du bloc communiste ; 2/ la position dominante du système libéral ; 3/ les nouvelles technologies d’information et de communication.
Autant d’évolutions dont on perçoit intuitivement les effets directs et induits sur la mobilité des hommes. Un certain nombre de facteurs, conjugués ensemble, créent une donne nouvelle. On peut les résumer en quelques « flashs » : les entreprises deviennent multinationales ; des diasporas, commerciales ou intellectuelles, relient les continents ; les séjours à l’étranger de scientifiques, d’artistes, d’étudiants, deviennent désormais nécessaires ; les migrations pour raisons de santé se développent. Sans parler du tourisme, qui devient l’occasion de déplacements lointains. Les réfugiés et demandeurs d’asiles , qui fuient les conflits, la corruption et la misère, et parfois, les désastres écologiques. Ces différentes formes de mobilité, s’ajoutent aux mouvements, plus classiques des travailleurs immigrés et de leurs familles.

Partager cette page :
  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Les enfants migrants dans le monde

    On estime qu’aujourd’hui, environ un tiers des migrants sont des enfants ou des jeunes de moins de vingt ans. Ils représentent une proportion de plus en plus forte du flux total annuel de migrants en provenance des pays en développement.

  • Qu’est-ce qu’un migrant ?

    Un migrant est une personne qui se déplace entre son pays et des pays étrangers, ou qui rentre dans son pays depuis l’étranger. Les raisons de la migration peuvent être diverses.