Migration et rapport à l’autre

Sommaire

Quel est le bon « mot » : migration ou immigration ? La notion d’immigration est certes essentielle. Mais le mot de migration a le mérite de nous obliger à aborder cette réalité

, en élargissant heureusement notre regard à une vue plus internationale, voire mondiale.

C’est indispensable alors que notre planète connaît une accélération sans précédant de la mondialisation des économies et des modes de vies.

On voit alors que le phénomène de la migration touche aujourd’hui toutes les régions du monde et toutes les catégories sociales. Ce n’était pas le cas jusqu’alors. Et il nous touche tous, que soyons nous-mêmes des migrants, ou que soyons seulement concernés dans notre vie de sédentaire par la migration.
Dans cette perspective, il apparaît que la migration est un des enjeux majeurs du 21ème siècle.

Un phénomène minoritaire et essentiel

On peut noter d’emblée un étonnant paradoxe : la migration est un phénomène minoritaire et cependant c’est un phénomène essentiel.

1/ Phénomène minoritaire. Il y a 200 millions de migrants internationaux ; cela ne correspond qu’à 3 % de la population mondiale. Or, il y a siècle cette proportion des migrants était plus importante (5%) (1) . D’autre part, et on le sait fort peu, plus de 60% des migrants d’aujourd’hui résident dans les pays du Sud et ne quittent pas l’hémisphère Sud. Ce qu’on peut appeler une migration Sud/Sud. On peut donc considérer que ces migrations, qui ne sont pas massives, ne relèvent ni de la conquête, ni de l’invasion, et demeurent faibles, au regard des déséquilibres mondiaux.

2/ Alors pourquoi dire que c’est un phénomène essentiel, un enjeu majeur pour le 21ème siècle ? Pourquoi la migration a-t-elle pris une signification très différente, de celle qu’elle pouvait avoir à la veille de la Première Guerre mondiale, ou même encore au cours des années 1970 ?

D’abord pour une raison d’ordre symbolique. La migration n’est certes pas responsable de la crise de nos sociétés (crise de la démocratie, incertitudes relatives à l’avenir…). Mais c’est l’un des révélateurs les plus représentatifs de la situation de ces sociétés et de leurs mutations : de nos peurs, de nos angoisses, voire de nos fantasmes ; mais aussi de nos plus belles aspirations et de nos plus beaux espoirs.
Mais il y a une autre raison plus importante : il existe bel et bien des bouleversements en profondeur dans la réalité même des faits migratoires.
La mondialisation, y est pour quelque chose, qui s’est accélérée depuis les années 1990, en liaison avec trois faits majeurs : 1/ l’éclatement du bloc communiste ; 2/ la position dominante du système libéral ; 3/ les nouvelles technologies d’information et de communication.
Autant d’évolutions dont on perçoit intuitivement les effets directs et induits sur la mobilité des hommes. Un certain nombre de facteurs, conjugués ensemble, créent une donne nouvelle. On peut les résumer en quelques « flashs » : les entreprises deviennent multinationales ; des diasporas, commerciales ou intellectuelles, relient les continents ; les séjours à l’étranger de scientifiques, d’artistes, d’étudiants, deviennent désormais nécessaires ; les migrations pour raisons de santé se développent. Sans parler du tourisme, qui devient l’occasion de déplacements lointains. Les réfugiés et demandeurs d’asiles , qui fuient les conflits, la corruption et la misère, et parfois, les désastres écologiques. Ces différentes formes de mobilité, s’ajoutent aux mouvements, plus classiques des travailleurs immigrés et de leurs familles.


L’humanité face à un pas décisif de son histoire

Au delà des formes de la migration, peut-être même est-ce la nature du phénomène migratoire qui est en train de changer ? « Dans l’ère de la globalisation, la cause et la politique d’une humanité partagée font face aux pas les plus décisifs qu’elles ont eu à faire au cours de leur longue histoire » (2) . Ce qui est en cause, on voudrait le dire sans emphase, c’est l’avenir de l’humanité. Ce beau nom d’humanité étant entendu dans deux sens différents.

1/ L’humanité, au sens extensif du mot, qui désigne l’ensemble des hommes. « La nouvelle division internationale du travail entraîne une profonde redistribution spatiale des activités économiques qui ignore les frontières des Etats-nations » (3) . Nous sommes habitué depuis des siècles à reconnaître, - sur les cartes de géographies- , des pays, des nations et des États, selon le modèle de l’État-nation. Cette forme d’organisation sociale et politique est dominante aujourd’hui ; elle a eu de grandes vertus dans l’histoire ; elle continue à être encore nécessaire. Mais on voit bien qu’elle est souvent en décalage par rapport à la vie réelle du monde, et qu’elle doit évoluer. L’Etat-nation est défini dans les termes d’un peuple partageant une culture commune au sein de territoires aux limites finies. Dans ce schéma, les migrants n’ont que deux possibilités : ou l’assimilation ou le retour au pays d’origine. Or avec la migration actuelle, il y a souvent de fait comme une sorte de continuum entre la société d’origine et d’accueil (4) .

Dans le même sens, la migration nous invite à nous interroger : les questions de Développement, même si elles restent souvent spécifiques et différentes au Nord et au Sud, deviennent de plus en plus transverses ; elles sont largement communes à toute la planète. Les différences (particulièrement les inégalités - domination/exploitation ; aide-) ne sont pas seulement verticales entre le Nord et le Sud, mais aussi horizontales. Elles sont endogènes et traversent les sociétés et les Etats, ceux du Sud comme ceux du Nord. D’où cette formulation simple, en forme de projet : « Les pauvres et les exclus, sont au Sud comme au Nord ; ensemble, ils peuvent devenir ‘’acteurs-citoyens’’ de la construction d’un monde solidaire ». (5)

2/ Du coup, c’est l’avenir de l’humanité, au deuxième sens du mot, qui est concernée, au sens intensif du terme, qui désigne la qualité humaine : c’est quoi, être un homme ? qu’est-ce qui fait qu’un homme est un homme ? Pour exprimer ce sens là, certains auteurs parlent de « l’humanité de l’homme ». C’est une expression belle et forte. Peut-être que le moment est venu pour cette humanité de faire un pas de plus, un nouveau pas. Vers quoi ?

Il y a le risque du pire. On pense ainsi l’instrumentalisation dont l’immigration fait l’objet, en France et en Europe, pour attiser et utiliser les rejets xénophobes et racistes. Ou encore à la criminalisation de la migration. Tout s’achète, tout se vend. Il y a une économie du passage clandestin qui s’est muée en trafics mafieux. Comme une forme d’esclavage moderne.

Mais n’est-ce pas la face sombre d’un phénomène dont on sait par ailleurs la place éminente et positive qu’il occupe dans l’histoire de l’humanité ? La conscience devient plus vive aujourd’hui qu’avec les migrations actuelles, rien ne sera plus comme avant ; le rapport à l’autre va s’en trouver profondément changé.
La nouvelle relation à l’autre, ce peut être dans le voisinage immédiat (en dix ans beaucoup de quartiers se sont davantage « métissés »). Ce peut être, et de plus en plus, dans les familles, à l‘intérieur même des familles, par le jeu des nouveaux liens affectifs, des mariages et des naissances d’enfants, où se mêlent les cultures.
Du coup, la migration opère ses effets au cœur même de l’intimité personnelle. Les phénomènes migratoires créent des modifications dans nos têtes et souvent nos subconscients, voire nos inconscients. Il nous faut inventer des nouvelles manières de nous comprendre nous-mêmes. Des propos apparemment paradoxaux prennent soudain une allure très pertinente. Ainsi le mot célèbre de Rimbaud : « Je est un autre ». L’Autre ne se réduit pas, comme on le tient trop facilement pour acquis, à autrui, un autrui à l’extérieur de moi. L’autre n’est plus seulement extérieur à soi. L’altérité pourrait devenir également intérieure, en soi-même.


Une contradiction massive

Dans cette même perspective mondiale, il nous faut mettre le doigt sur une autre réalité, celle d’une contradiction massive et impressionnante de notre société : il y a de plus en plus de liberté de circuler pour les marchandises et de moins en moins de liberté d’aller et venir pour les êtres humains.
Cette contradiction existe tant au niveau des faits que du droit.
- Au niveau des faits : pour les marchandises, c’est le principe du libéralisme qui est prôné et mis en pratique (6) ; pour les hommes, pour les migrations humaines, c’est le contraire. La partie la plus nombreuse de l’humanité est fortement invitée à rester chez elle, où elle se trouve en quelque sorte assignée à résidence, alors même que la circulation des occidentaux et de certains asiatiques va dans le sens d’une fluidité sans cesse accrue.
- Sur le plan du droit : il y a contradiction entre d’une part l’affirmation universaliste de la liberté et des droits de l’homme proclamée par les « démocraties occidentales », voire « prêchée » au monde, ostensiblement et sans vergogne, et d’autre part la réduction de ce droit élémentaire « d’aller et de venir », ou de la protection traditionnellement accordée à l’étranger en péril, ainsi que le prouve le recul récent de l’asile dans presque tous les Etats de planète.
Cette contradiction massive n’est pas souvent remarquée ou signalée. Pourquoi ? Parce que nous ne le voyons pas ? Parce que nous serions devenus inconscients de ce qui se passe ? Parce que nous y serions habitués ?


Agir…

Face à cette situation inédite de la migration, tant au niveau mondial que dans chaque pays, on peut heureusement entendre des prises de positions citoyennes assez nouvelles, courageuses et cohérentes, et qui prennent de l’ampleur. Elles argumentent à la fois sur le plan des principes et sur le plan du réalisme .
Sur le plan des principes. «Prendre conscience des conséquences intolérables de la politique suivie depuis plus de trente ans et qui va en se radicalisant. Par exemple : là ou certains voudraient voir dans les migrants clandestins des « délinquants » ou des « criminels », affirmer la liberté de circulation comme un droit de l’homme inaliénable. Les immigrés clandestins ne devraient pas être considérés comme des criminels. Personne ne quitte son pays pour chercher du travail dans un autre à moins d’être désespéré ».
Sur le plan du réalisme, il faut tenter de déconstruire les idées toutes faites sur l’immigration, qui résultent de ce que, depuis trente ans, le discours officiel a systématiquement martelé que la fermeture des frontières et la répression étaient la seule politique possible. Il faut faire admette aux opinions publiques européennes que les migrations sont une donnée inéluctable (7) .
Ainsi le réalisme n’est pas forcement contradictoire avec le respect des principes. Il est possible de maintenir un équilibre – une tension positive – entre une « éthique de la responsabilité » et une« éthique de la conviction ». (8)

Michel Brugvin

 

 


Notes de bas de page

1 Même si, bien sûr le nombre de migrants - en valeur absolue – a fortement augmenté, lors des dernières décennies : 77 millions en 1965, 200 millions aujourd’hui.
2 Zigmunt Bauman, « Vivre ensemble dans un monde plein », « Le Monde », 2 février 2002
3 Saskia Sassen, The Global City, Princeton UP, 1991
4 Comme on l’observe dans les diasporas chinoises ou indiennes. On voit par exemple des Chinois qui vivent physiquement dans un lieu d’accueil, ainsi en France, dans le quartier de la Place d’Italie, mais qui participent également à l’Etat-nation de leur origine, en l’occurrence la Chine.
5 Expression de « Frères des hommes »
6 Cela vaut pour 1/ les biens matériels (matières premières ; produits industriels ou agricoles,) ; 2/ pour les flux immatériels (le cybermonde de l’information et de la communication ; 3/ pour les capitaux et la finance.
7 Danièle Lochack, op. cité, p.80 et s.
8 La bibliographie concernant la migration est abondante. Nous ne citons ici que quelque ouvrages : ceux que nous avons directement « utilisés » pour notre travail.
- Catherine Wihtol de Wenden, « Atlas des migrations dans le monde, Réfugiés ou migrants volontaires », Autrement, Collection Atlas/Monde, 2005
- William Berthomière et Gildas Simon, « La mondialisation migratoire au cœur des territoires et de sociétés », in « La mondialisation », dir. Laurent Carroué, Capes- Agrégation/Géo, Cned/Sedes, octobre 2006
- Danièle Lochack, « Face aux migrants : État de droit ou état de siège », Textuel, sept. 2007

Partager cette page :
  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Les enfants migrants dans le monde

    On estime qu’aujourd’hui, environ un tiers des migrants sont des enfants ou des jeunes de moins de vingt ans. Ils représentent une proportion de plus en plus forte du flux total annuel de migrants en provenance des pays en développement.

  • Qu’est-ce qu’un migrant ?

    Un migrant est une personne qui se déplace entre son pays et des pays étrangers, ou qui rentre dans son pays depuis l’étranger. Les raisons de la migration peuvent être diverses.