Soldats Coloniaux

Retrouvez un ensemble de témoignage et de contributions sur les soldats coloniaux durant les deux guerres mondiales.

 

Jean Carbonare et les tirailleurs africains

Jean Carbonare« On ne leur demandait pas de titre de nationalité. On leur disait : la France est votre patrie, faites la guerre »
C’est à l’âge de 17 ans, en 1943, que Jean Carbonare est interpellé par le sort réservé aux tirailleurs africains qui viennent « achever leur itinéraire national et mourir pour la patrie » à l’hôpital Saint-Jacques de Besançon.
Lire la suite

 

 

Note historique : Maghrébins, "Sénégalais" et pieds-noirs dans l'armée française (1914-1945)

En 1914-1918 sur 7,9 millions de mobilisés dans l’armée française, on a compté 115 000 pieds-noirs et 535 000 à 607 000 indigènes d’Afrique et d’Indochine. Pour les seuls tirailleurs sénégalais (ceux qu’on appelait alors la « force noire »), 130 000 à 160 000 se sont battus en métropole. Trente mille d’entre eux y sont morts.
Les quelque 200 000 Maghrébins combattant en France ont eu 35 000 tués, et les 115 000 pieds-noirs, 22 100 tués.
Lire la suite

 

 

Frontière d'EmpireLa place des « coloniaux » dans l’histoire militaire du nord-est de la France

Toute la région du grand nord-est de la France, de Dunkerque à Besançon, partage deux particularités pour la période 1870-1970 : tout d’abord la présence importante de soldats coloniaux dans toute la région, à partir de la guerre de 1870 et plus encore dans la première moitié du XXe siècle ; ensuite, des activités minières et industrielles qui en font une zone de forte attraction pour les travailleurs migrants, jusqu’aux années 1970. Plus d’un million d’hommes de tous les Suds viennent ainsi participer aux guerres de 1870, 1914-1918 et 1939-1945, ce qui aboutit à tisser des liens particuliers entre ces régions du Nord-Est et les colonies.
Lire la suite

 

 

Le député de Besançon et l'armée indigène en 1915

Dans la perspective de la Revanche contre l’Allemagne, nombre de responsables militaires avaient conscience d’un déséquilibre croissant en matière de recrutement potentiel de soldats. Ainsi, en 1910, pour un conscrit en France on en comptait 2,1 en Allemagne et les chiffres étaient encore plus défavorables pour les années suivantes. Qu’à cela ne tienne ; le rapport de forces pouvait être inversé ; il suffisait de puiser dans les immenses réserves de nos colonies. C’est ce que préconisait sans détour un article paru dans le quotidien bisontin “La Dépêche” le 2 janvier 1910.
Lire la suite

 

 

Le recours aux troupes coloniales

Carré militaire à St ClaudePendant la Première guerre mondiale on estime à 60 000 le nombre de soldats musulmans morts pour la France. De 1939 à 1945 les pertes des Nord-Africains s’élèvent à plus de 20 000 hommes.
Lire la suite

 

 

Les étrangers dans les guerres de la France

Dossier de la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration.
En 1914, la France fait appel aux “indigènes” de l’Empire en renfort de ses troupes sur les fronts européens. Les uns se battent aux côtés des poilus tandis que les autres travaillent dans les usines de guerre.
Lire le dossier

 

 

Migrants "Morts pour la France" en 14-18

Un site permettant, pour ceux qui doutent ou qui ne connaissent pas la contribution des populations de nos anciennes colonies ou départements français, d'avoir un recensement nominatif des personnes tombées pour la France lors des diffèrentes guerre du 20e siècle.
Lire la suite

 

 

Le "député musulman" de Pontarlier et l'utilisation des soldats coloniaux

Dr GrenierDurant les dernières années du XIXe siècle, Philippe Grenier , député du Doubs (Pontarlier), propose de faire appel aux troupes coloniales pour compenser l’isolement stratégique de la France face à l’Allemagne. Le 6 mars 1897, il dépose devant la Chambre des députés une proposition de loi (n° 2324) concernant la Défense nationale.
Lire la suite

 

 

Fiche pédagogique : Texte d'un projet de loi du Dr Philippe Grenier, député de Pontarlier

- Comprendre les rapports entre la France et ses colonies
- Comprendre des arguments visant à modifier profondément une politique essentielle du pays (l’engagement de soldats coloniaux est un tournant important dans la politique de Défense française de l’époque)
- Comprendre le rôle particulier des ressortissants coloniaux dans les régions du Nord et de l’Est de la France entre 1870 et 1970
- Préciser le contenu de la citoyenneté (est-il suffisant de faire la guerre pour un pays pour en devenir citoyen et obtenir tous les droits liés à cette qualité ?)
Lire la suite

 

 

Septembre-octobre 1944 : le blanchiment (vidéo Noé TV)

A travers ces journaux intimes, des hommes et des femmes témoignent de leurs souffrances, de leurs attentes, de leurs espérances pendant la Seconde Guerre mondiale et la Libération en Franche-Comté.Les troupes françaises ne progressent plus et s'engagent dans une guerre de position qui pourrait durer tout l'hiver. De nombreux soldats sont issus des forces coloniales (tabors marocains, tirailleurs sénégalais, spahis, goumiers...). Nombreux sont ceux qui ne résistent pas au froid. 16000 soldats d'Afrique noire sont renvoyés chez eux, certains avec les pieds gelés. C'est l'opération de blanchiment de l'armée.
Voir cette vidéo.

Partager cette page :