Migrants "Morts pour la France" en 14-18

Pour mieux connaître les "indigènes de la république", morts pour la France au vingtième siècle

 

www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

Un site permettant, pour ceux qui doutent ou qui ne connaissent pas la contribution des populations de nos anciennes colonies ou départements français, d'avoir un recensement nominatif des personnes tombées pour la France lors des différentes guerre du 20e siècle.

En tapant n'importe quel nom d'origine nord-africaine par exemple...........

Partager cette page :
  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.

  • Coq migrateur

    Cet emblème qui ornait le Monuments aux Morts du village d’EL ACHOUR a été récupéré par le Maréchal des logis /chef TOULIS au moment de l’Indépendance de l’Algérie en 1962

  • Histoire de Baba, ancien combattant Marocain

    Je voudrais témoigner de la vie d’un homme qui s’appelait Baba, c’est son prénom. De nationalité marocaine, berbère originaire de Kenifra dans le moyen Atlas… je voudrais qu’il reste une trace de sa vie parce que de traces matérielles il ne reste malheureusement plus grand-chose.

  • Témoignage de messieurs Zaid Bahba et Dubedda Bassou, anciens combattants

    Monsieur Zaid Bahba est né en 1934 à Saouira au Maroc. Il vivait à Ouarzazate où il était éleveur de chameaux. En 1959, il est entré comme méhariste dans l'armée Française et est resté dans le Sahara Algérien jusqu'en 1964.

  • Le député de Besançon et l’armée indigène en 1915

    Le 12 novembre 1915, Maurice Bernard dépose à La Chambre des Députés un rapport révélateur.

  • Anciens combattants étrangers au foyer Adoma de Besançon

    D'anciens combattants étrangers ont été hébergés à Besançon dans le foyer de la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs, la  Sonacotra, devenue, en 2007, l'Adoma.