Politique d'immigration en 1917

C'est en 1917 qu'est promulgué en France le premier document identifiant l'"étranger"

 

Jusqu'en 1917 une simple déclaration à la mairie de leur résidence suffit aux étrangers pour s'établir en France et y exercer leur profession

le 2 avril 1917 est promulgué le premier document identifiant l'"étranger" : Un décret institue pour la première fois une carte de séjour pour les étrangers de plus de 15 ans résidant en France.

Contribution de:
- Régis Mermet, Directeur du CADA ADOMA Besançon, ancien assistant sociel du SSAE
- Annie Considère, Ancienne formatrice, Préfecture de Besançon, Ministère de l'Intérieur

Partager cette page :
  • "A quoi sert l'identité nationale ?" conférence de Gérard Noiriel

    Rencontre avec l'historien Gérard Noiriel. Grand spécialiste de l'histoire de l’immigration, il a publié en 2007 aux Editions Agone “A quoi sert l’identité nationale ?”

  • Déclaration de résidence et durcissement de la surveillance (1894)

    En 1881, le nombre d'étrangers en France dépasse le million. La crise économique sévit en France et le chômage touche durement le classe ouvrière.

  • Josué Becaro, réfugié italien (1850)

    Monsieur le Préfet,
    J’ai l’honneur d’en appeler à votre bonté, comme peut-être à votre justice en faveur d’un malheureux réfugié italien.

  • Histoire des statuts

    Histoire des politiques d'immigration, du droit d'asile et du droit au séjour en France de 1804 à 2006

  • Migration et rapport à l’autre

    Quel est le bon « mot » : migration ou immigration ? La notion d’immigration est certes essentielle. Mais le mot de migration a le mérite de nous obliger à aborder cette réalité

  • Politiques d'immigration au début du XIXème siècle

    En 1804, le code civil introduit le droit du sang : celui qui est né de parents français est Français.
    Débute alors la longue histoire de la définition de qui est Français et qui est étranger, des modalités de passage d'un statut à un autre et des droits qui sont attribués.

  • L’affaire Cachelin à Besançon 1921

    Avec l’affaire de « l’ouvrier Cachelin » nous allons voir que l’entrée en France de manière irrégulière est pour l’administration difficilement pardonnable et que le maintien en France de l’étranger qui a commis l’infraction peut être compromis, même si sa présence est jugée indispensable par l’entreprise qui l’a embauché.