Le député de Besançon et l’armée indigène en 1915

Sommaire

Le 12 novembre 1915, Maurice Bernard dépose à La Chambre des Députés un rapport révélateur.


Dans le contexte des polémiques autour de notre héritage colonial, j’ai publié en janvier un article consacré aux prises de position virulentes de Beauquier, député de notre ville. Âgé de 80 ans, il laissa La place en 1914 à Maurice Bernard, brillant professeur à La Faculté de Droit de Paris. Le nouvel élu, s’il était Lui aussi militant radical, ne partageait pas les convictions de son bouillant prédécesseur.

timbreDans la perspective de la Revanche contre l’Allemagne, nombre de responsables militaires avaient conscience d’un déséquilibre croissant en matière de recrutement potentiel de soldats. Ainsi, en 1910, pour un conscrit en France on en comptait 2,1 en Allemagne et les chiffres étaient encore plus défavorables pour les années suivantes. Qu’à cela ne tienne ; le rapport de forces pouvait être inversé ; il suffisait de puiser dans les immenses réserves de nos colonies. C’est ce que préconisait sans détour un article paru dans le quotidien bisontin “La Dépêche” le 2 janvier 1910
« Puisque nous ne voulons plus avoir d’enfants en nombre suffisant pour tenir notre drapeau en face d’une Allemagne de plus en plus pléthorique, nous n’avons qu’une ressource : recruter des soldats parmi les hommes primitifs qui, sous notre domination, consentent à naître et à mourir. Donc, le plus tôt possible, il faut organiser ces troupes noires et arabes pour constituer une force incomparable de 200 000 hommes de métier. Oui, il faut créer l’armée noire, l’armée arabe, soutiens de notre décadence».

Partager cette page :
  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • Polémiques à propos des colonies

    Selon les époques, la Gauche et la Droite ont chacune défendu ou pourfendu le colonialisme. Quelques rappels historiques permettront peut être d'éviter les idées simplistes.

  • Le recours aux troupes coloniales

    Pendant la guerre de 39-45, plus de 20 000 hommes originaires d'Afrique du Nord sont morts pour la France.

  • Témoignage de messieurs Zaid Bahba et Dubedda Bassou, anciens combattants

    Monsieur Zaid Bahba est né en 1934 à Saouira au Maroc. Il vivait à Ouarzazate où il était éleveur de chameaux. En 1959, il est entré comme méhariste dans l'armée Française et est resté dans le Sahara Algérien jusqu'en 1964.

  • Anciens combattants étrangers au foyer Adoma de Besançon

    D'anciens combattants étrangers ont été hébergés à Besançon dans le foyer de la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs, la  Sonacotra, devenue, en 2007, l'Adoma.

  • Coq migrateur

    Cet emblème qui ornait le Monuments aux Morts du village d’EL ACHOUR a été récupéré par le Maréchal des logis /chef TOULIS au moment de l’Indépendance de l’Algérie en 1962

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.