Note historique: les Arméniens

Sommaire

Une nation originale, les Arméniens et l'Empire ottoman, le génocide, la diaspora, l'Arménie indépendante, Arméniens et Turcs aujourd'hui, références.

Le nombre des Français d’origine arménienne est estimé à 3 ou 400 000. Ce nombre seul justifie que notre site évoque cette communauté, même si la Franche-Comté n’est pas une région de forte concentration arménienne, comme l’est par exemple la région de Marseille. Il n’y a en Bourgogne-Franche-Comté qu’environ un millier de franco-arméniens.

1) Une nation très originale.

Vers l’an 600 avant Jésus-Christ, des peuples thraco-phrygiens passèrent des Balkans en Anatolie, y détruisirent l’empire hittite, et s’installèrent sur le territoire du royaume d’Ourartou, dans l’Est anatolien. De la fusion entre ces peuples et les Ourartéens sortit, pense-t-on, le peuple arménien.
Des royaumes arméniens indépendants existèrent, notamment au temps de Tigrane le Grand (vers moins 95) ; au temps de Tiridate III, qui fit de l’Arménie, en 301, avec l’aide de Saint Grégoire l’Illuminateur, le premier royaume chrétien de l’histoire ; au temps  d’Achot le Grand au IX° siècle.
Mais le sort géopolitique de la nation arménienne fut presque toujours d’être dépendante de l’un, ou de plusieurs, des grands empires qui l’ont toujours cernée : Mèdes, Perses, Grecs, Romains , Arabes, Byzantins, Turcs et à nouveau  Perses, Russes. A partir du XV° siècle, l’Etat où était incluse la quasi-totalité des terres de peuplement arménien fut l’empire ottoman : les Arméniens étaient sujets turcs.
La langue arménienne est un rameau isolé des langues indo-européennes. Elle a incorporé de nombreux apports persans, grecs, turcs.  Son alphabet, inventé en 404 par le moine Mesrop Machtots, est totalement original.
L’Eglise apostolique autocéphale arménienne appartient à l’ensemble des églises chrétiennes orientales, qui ne sont ni orthodoxes ni catholiques romaines. Elle a été et reste un des piliers de l’esprit national arménien.

 

Partager cette page :