Le centre de triage de Bellevaux à Besançon

L'actuelle maison de retraite de Bellevaux a servi de centre d'internement administratif pour les étrangers pendant la guerre de 14-18

 

BellevauxLe centre de triage de Besançon est installé dans l'asile de vieillards de Bellevaux (J. Pinard, "Bellevaux d'hier à aujourd'hui", BVV, juin 2005). De 1915 à 1919 il fait fonction de centre d'internement administratif où sont envoyées des personnes refoulées de la zone des armées. Il s'agit en priorité des ressortissants des pays ennemis : Allemands, Autrichiens, Ottomans, Bulgares, ainsi que des Alsaciens-Lorrains ayant pris la nationalité allemande. Sont aussi envoyés au centre de Bellevaux les individus condamnés par un tribunal pénal français, ainsi qu'un bon nombre de femmes "de mauvaise vie". Une commission se rend périodiquement au centre de triage pour examiner chaque dossier. Elle statue sur l'internement à Bellevaux même, ou sur l'évacuation au refuge d'Ornans ou vers d'autres centres d'internement de "l'intérieur" ou encore sur l'expulsion pure et simple (Introduction au récolement des archives du centre d'internement de Bellevaux (Besançon) et de la maison refuge d'Ornans).

La capacité d'accueil du centre de Bellevaux est de 200 places. Dans le dossier coté M 905 on trouve quelques états des effectifs. En voici 2 exemples :
- Note du 15/01/1916 : Homme 51 - Femmes 41 - Enfants 18 - Total 110 - Places dispo. 90
- Note du 1/07/1916 : Homme 40 - Femmes 8 - Enfants 2 - Total 50 - Places dispo. 150

Partager cette page :
  • Passé et présent de la communauté juive de Besançon

    L'implantation juive à Besançon, passée et présente, marque des territoires différents ; à la boucle du Doubs, territoire de l'économie, de la finance s'oppose l'espace du religieux, de la vie communautaire autour de la synagogue, des anciens cimetière et « quartier juif » médiévaux.

  • La gare

    La gare Viotte était le premier lieu d'accueil de la ville de Besançon. Dans les années 50 (reconstruite en dur en 1963), elle était en bois, ainsi qu'en témoigne M. Salah