Réfugiés tchèques: les Bisontins sourds à l’appel du maire Charles Siffert

Sommaire

Septembre 1938 : les accords de Munich semblent écarter le risque de guerre en France. Les réfugiés tchèques arrivent à Besançon, dénués de tout : lorsque peur et solidarité ne font pas bon ménage...

Nombre d’observateurs ont été frappés par le fait que la récente campagne électorale a été surtout hexagonale. Les problèmes internes à la Communauté Européenne, les rapports entre la CEE et les pays de l’ex bloc Soviétique en pleine ébullition, ont été peu présents sans parler des relations entre le nord et le sud. Ce repli frileux sur nos querelles internes n’est pas un fait nouveau: en 1938 le Maire de Besançon Charles Siffert en fit l’amère expérience.

Dans le cadre de la très riche exposition présentée en 1993 par le Musée de la Résistance à la Citadelle consacrée aux étrangers dans la Résistance, un document attire l’attention il s’agit d’une affiche datée du 18 octobre 1938, publiée par la mairie de Besançon et dont voici le texte.

 Souscription_tcheques

“Souscription en faveur des réfugiés tchécoslovaques. “Le sacrifice que le Gouvernement tchécoslovaque a consenti à la cause de la paix a forcé admiration de tous les peuples civilisés”.
“Le dur traitement que subit aujourd’hui cette nation

amie, si digne et si courageuse, est cruellement ressenti par tous ceux qui, chez nous, sont épris de justice et de liberté. Son malheur nous inspire une profonde compassion. Des milliers de familles souffrent moralement et physiquement. Des enfants, des innocents expient la faute d’appartenir à un pays trop faible, quand d’autres toujours animés d’un esprit de domination nourrissent le criminel dessin d’asservir le monde”. “Pour soulager tant de misères, pour aider à réparer les ruines, pour atténuer le martyre d’un peuple qu’accable un si tragique destin, la municipalité de Besançon fait appel à tous les gens de coeur.” “D’avance elle remercie les généreux donateurs. Ces fonds pourront être versés à la Mairie”.
Or, il fallut attendre le 27 octobre pour que soit publiée une première liste de 36 donateurs dont... les trois quarts étaient conseillers municipaux. Au total lorsque la souscription fut close, 77 Bisontins avaient versé leur obole chiffre très faible. Il ne fut fait aucune allusion à ce bilan au Conseil Municipal.
Pourquoi un tel fiasco ? Pourquoi le Maire de Besançon avait-il pris le risque d’un échec? Pourquoi les Bisontins ont-ils boudé son appel?

Partager cette page :
  • Droit d’asile

    Le droit d’asile est l’un des plus anciens droits de l’homme. Dès l’Antiquité, certains temples, en Grèce et à Rome, étaient inviolables, et des personnes pourchassées par des ennemis pouvaient s’y réfugier.

  • Le Forum

    Centre Provisoire d'Hébergement (CPH), Le Forum a accueilli de nombreux réfugiés.

  • Sud est asiatique : l’accueil des réfugiés (1977)

    "Les premiers réfugiés que j’ai fait venir c’est en octobre 1977. J’avais été au camp de réfugiés Aranyaprathet, à la frontière thaïlandaise."

  • Je suis sur un pont cassé …

    «  Nos traces au pays s’effacent par la longue absence. Je suis sur un pont cassé. J’ai quitté une rive sans pouvoir joindre l’autre bout, car ici je ne suis pas reconnue. Ceux qui sont restés croient que je suis arrivée … »

  • Porfirio Diaz : l'oeil du cyclone

    Porfirio Diaz est un de ces demandeurs d’asile politique Chiliens qui arrivèrent en France suite au coup d’état de Pinochet en 1973.

  • Les réfugiés espagnols à Besançon en 1939: «pas de ça chez nous»

    Au début de l'année 1939, 1350 réfugiés espagnols arrivent à Besançon. “Quand une bête est prête à crever, la vermine quitte ce qui ne sera bientôt plus qu’un cadavre encombrant".

  • Histoire des statuts

    Histoire des politiques d'immigration, du droit d'asile et du droit au séjour en France de 1804 à 2006