Deux résistants luxembourgeois Marcel Servé et Pierre Engels

Durant l’occupation allemande de 1941 à 1944, une centaine de résistants furent fusillés à la Citadelle de Besançon, parmi lesquels les patriotes luxembourgeois Marcel Servé et Pierre Engels.

Le 9 avril 1942, Marcel Servé, né à Clervaux, âgé de 23 ans, agent de liaison et éminent passeur de prisonniers de guerre français évadés et de nombreux réfractaires luxembourgeois à destination de l’Angleterre et des réseaux de la Résistance française, fut arrêté par la Gestapo à Besançon à son retour d’une mission à Lons-Le-Saunier. Repris par les forces allemandes après plusieurs tentatives d’évasion, il fut condamné à mort par un tribunal militaire allemand le 2 juin 1942 et fusillé à la Citadelle de Besançon le 5 juin de la même année.
Marcel Servé était l’un des premiers grands pionniers de la Résistance combattante luxembourgeoise. Il a donné sa vie pour la survie de sa patrie et celle des réfractaires luxembourgeois décidés à s’intégrer dans les forces alliées.

 Pierre Engels, né à Luxembourg en 1921. Après avoir fait ses études secondaires à Belfort, il s’est engagé dans l’armée française avant le 10 mai 1940. Fait prisonnier en juin 1940, il s’évade et rallie les forces combattantes de la Résistance française. Engagé comme agent P2|Agent de renseignement ou officier responsable qui travaille en permanence pour la résistance, il se distingue par son activité intrépide à l’occasion des parachutages d’armes et d’explosifs dans le Jura. Intégré dans la Résistance, il participe très activement aux opérations des maquis armés.
Arrêté le 19 mars 1944, il fut condamné à mort et fusillé le 23 juin 1944 au poteau d’exécution de la Citadelle de Besançon.

Marcel Servé et Pierre Engels furent nommés Chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume.

Poteau des fusillés (original) exposé au musée avec les portraits de fusillés en Franche-Comté, Musée de la Résistance et de la Déportation. Besançon

Extrait de "l’Hommage aux résistants Marcel Servé et Pierre Engels" lors du pèlerinage des anciens maquisards luxembourgeois en France au poteau des résistants fusillés à la Citadelle de Besançon. Jules Stoffels.

Partager cette page :
  • Un citoyen suisse dans la résistance française

    André Montavon naquit le 26 octobre 1919 en Suisse, à Cœuve, un village situé aux environs de Porrentruy. Son père était instituteur. Lorsque le second conflit mondial éclata, le jeune André faisait ses études en France.

  • Les républicains espagnols dans la Résistance

    Lorsqu’ils se lancent dans l’action, les Espagnols prouvent qu’ils sont des combattants hors pair dont la valeur finit par en imposer aux autres résistants.

  • Italiens dans la Résistance franc-comtoise

    On est frappé par la profondeur du nationalisme français de certains immigrés, italiens et espagnols. Ce patriotisme ardent dans ses manifestations offre à la Résistance un terreau de choix.