Itinéraire d'Alphonse Bachetti

Sommaire

Le périple accompli fut celui d’un bûcheron d’origine italienne, combattant volontaire étranger, qui fut de toutes les campagnes, ralliant De Gaulle à la première heure.

 Son souvenir est désormais présent aux Grandes Baraques au coeur de la forêt de Chailluz grâce à la simple inscription reproduite ci-dessous. Nous remercions le colonel Bernard Saulnier pour toutes les sources qu’il nous a communiquées.

plaque_bachetti

Peu original au départ le parcours suivi par Alphonse Bachetti. Né en 1902 en Italie, il est issu d’une de ces très nombreuses familles qui dut s’expatrier pour subsister. En 1927, le voici bûcheron aux Grandes Baraques. Mais une aventure d’une tout autre dimension commence en décembre 1938 à 37 ans : notre homme s’engage dans la Légion Etrangère à Sidi Bel Abbès. Bientôt c’est la guerre. L’Allemagne à la recherche de matières premières veut s’assurer le contrôle des minerais scandinaves. Français et Anglais se portent au secours de la Norvège. “La route du fer est coupée” annonce le trop présomptueux Président du Conseil Paul Raynaud. La France est occupée. A Londres, le Général de Gaulle relève Je défi ; l’épopée des Forces Françaises Libres commence. Les volontaires sont peu nombreux. Sur les 14 000 hommes rescapés de l’expédition de Norvège, 1 200 seulement rallient De Gaulle, 400 Français sur 12 000 (soit 3 %) 800 légionnaires sur 1600 (50 %). Alphonse Bachetti en est.

 

Partager cette page :
  • Entre France et Italie

    Quand je suis en Italie, j’ai l’impression de trahir la France et quand je quitte l’Italie j’ai un pincement au coeur.

  • Italiens dans la Résistance franc-comtoise

    On est frappé par la profondeur du nationalisme français de certains immigrés, italiens et espagnols. Ce patriotisme ardent dans ses manifestations offre à la Résistance un terreau de choix.

  • Terre d'exil, Italie 1850

    Cher Francesco Carenzo, mon arrière grand père de Ligurie
    Depuis quelque temps,  je souhaite m’adresser à toi pour en savoir plus sur l’exilé que tu as été et surtout te remercier.

  • Je ne pensais pas que je partirais pour toujours

    Je suis née à Supersano à 40 km de Lecce dans les Pouilles au sud de l’Italie. Supersano est un village de 5 000 habitants où entre 11 et 15 ans j’ai surtout appris à broder, mais de temps en temps j’allais aussi ramasser des olives.

  • Les migrants et leurs langues : le cas de la famille Salvio

    Que deviennent les langues apportées par les migrants une fois qu’ils sont installés en France ? Sont-elles transmises d’une génération à l’autre dans les familles ?

  • Elisabeth Cerutti, libraire : Italie 1931

    Du côté des Sandales d'Empédocle
    Pour qui veut les entendre, les noms bruissent, suggèrent par leur musicalité, un ailleurs.

  • Italiens: La Seconde Guerre Mondiale, une situation ambiguë

    Très peu sensibles à la propagande du régime, peu de migrants s’en vont combattre aux côtés des fascistes. Par contre, nombreux sont ceux qui s’engagent pour la France.