Itinéraire d'Alphonse Bachetti - En passant par Le Cap

Sommaire


En passant par Le Cap

Après le fer, le pétrole. Le Reich a besoin de carburant. En Irak une fraction musulmane séduite par la propagande nazie (par son antisémitisme notamment) s’allie avec l’Axe. Pour assurer la liaison avec Bagdad, les Allemands veulent utiliser les aérodromes de Syrie. La Syrie, sous mandat français, était restée fidèle à Vichy qui, se déshonorant, répond favorablement à la demande d’Hitler alors que les stipulations de l’armistice n’impliquaient pas pareille complaisance. L’heure est grave, l’armée allemande va-t-elle pouvoir disposer d’une source précieuse d’or noir?
De Gaulle ne veut pas que la traditionnelle influence française en Syrie et au Liban soit sapée à cause de la trahison de Vichy. Aux côtés des Anglais, les Forces Françaises libres lutteront en Syrie... Et pour rejoindre ce front éloigné il faut passer par... le Cap qui une fois de plus mérite son nom de “Bonne Espérance”! A. Bachetti en est. Une des heures les plus tragiques commence pour notre pays ; un combat fratricide oppose en Syrie troupes fidèles à Vichy et troupes des FFL 1 000 morts de chaque côté avant qu’un armistice ne confirme la victoire alliée.
Mais si la route du pétrole irakien est coupée, la menace demeure sur Suez. Et Suez c’est la porte vers l’Orient, vers l’inde singulièrement, c’est un nouvel enjeu majeur pour les alliés. A. Bachetti sera donc de la campagne d’Egypte. Le danger écarté, le moment est venu de passer à la contre offensive, d’attaquer l’Axe par son ventre mou, le flanc sud. Et notre engagé italien est de ceux qui contribuent à chasser les troupes... italiennes et l’Afrika Korps de Libye et de Tunisie.
il faut cette fois créer en Europe ce second front tant attendu par les Russes qui portent le poids de la bataille terrestre. C’est l’Italie qui est choisie pour la reconquête. A. Bachetti retrouve sa terre natale dans des circonstances qu’il n’avait sans doute pas imaginées lorsqu’il l’a quittée! Mais pas question de s’arrêter au pays : c’est la page finale de la libération de la France qu’il faut ouvrir.
La boucle est bouclée, une grande boucle, notre ancien bûcheron retrouve la forêt de Chailluz et son métier. Seul changement : la République Française accorde en 1947 la naturalisation à l’ancien légionnaire.

 

 

Partager cette page :
  • Je ne pensais pas que je partirais pour toujours

    Je suis née à Supersano à 40 km de Lecce dans les Pouilles au sud de l’Italie. Supersano est un village de 5 000 habitants où entre 11 et 15 ans j’ai surtout appris à broder, mais de temps en temps j’allais aussi ramasser des olives.

  • Entre France et Italie

    Quand je suis en Italie, j’ai l’impression de trahir la France et quand je quitte l’Italie j’ai un pincement au coeur.

  • Les migrants et leurs langues : le cas de la famille Salvio

    Que deviennent les langues apportées par les migrants une fois qu’ils sont installés en France ? Sont-elles transmises d’une génération à l’autre dans les familles ?

  • Italiens: L’entre-deux-guerres, entre politique, travail et intégration

    Les Italiens deviennent la première communauté étrangères de Besançon. Beaucoup vivent à Battant. Les tensions internationales, la montée du fascisme se répercutent dans la vie de la ville.

  • Terre d'exil, Italie 1850

    Cher Francesco Carenzo, mon arrière grand père de Ligurie
    Depuis quelque temps,  je souhaite m’adresser à toi pour en savoir plus sur l’exilé que tu as été et surtout te remercier.

  • Elisabeth Cerutti, libraire : Italie 1931

    Du côté des Sandales d'Empédocle
    Pour qui veut les entendre, les noms bruissent, suggèrent par leur musicalité, un ailleurs.

  • Battez-vous, que ce soit pour la santé ou pour la vie

    Je suis née à Montagnana dans la région de Padoue en Italie en 1938. J’ai quitté Montagnana en 54. De 1954 à 1957 j’ai vécu avec mes parents à La Chaux de Fonds en Suisse. Mon papa avait quitté l’Italie en avril 1953 parce qu’il n’avait pas de travail.