Le recours aux troupes coloniales

Pendant la guerre de 39-45, plus de 20 000 hommes originaires d'Afrique du Nord sont morts pour la France.

C’est la prise de conscience du déséquilibre démographique croissant entre France et Allemagne qui a conduit à avoir recours, comme l’écrivait dès 1912 le quotidien Le Petit Comtois, aux “inépuisables réserves d’hommes que nous fournirait notre empire colonial”.
Pendant la Première guerre mondiale on estime à 60 000 le nombre de soldats musulmans morts pour la France. De 1939 à 1945 les pertes des Nord-Africains s’élèvent à plus de 20 000 hommes.

tombesElles furent particulièrement importantes dans notre région comme le montre le nombre de tombes musulmanes recensées dans le Doubs :
-    Nécropole nationale de Rougemont : 1 252
-    Carrés militaires :
• Besançon : 4 à Saint-Ferjeux - 42 à Saint-Claude
• Pays de Montbéliard :    17 à Montbéliard, 7 à Villars les Blamont
• Baume les Dames : 11
S’agissant de la Première Armée Française, il n’est pas possible de savoir combien de Pieds-Noirs furent tués sur notre sol comtois.

Extrait de "les Nord-Africains à Besançon", éd Ville de Besançon juin 2007

> Dossier de la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration: 1940 : des coloniaux dans l'armée régulière et dans la Résistance

Partager cette page :
  • Coq migrateur

    Cet emblème qui ornait le Monuments aux Morts du village d’EL ACHOUR a été récupéré par le Maréchal des logis /chef TOULIS au moment de l’Indépendance de l’Algérie en 1962

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.

  • Anciens combattants étrangers au foyer Adoma de Besançon

    D'anciens combattants étrangers ont été hébergés à Besançon dans le foyer de la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs, la  Sonacotra, devenue, en 2007, l'Adoma.

  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • Histoire de Baba, ancien combattant Marocain

    Je voudrais témoigner de la vie d’un homme qui s’appelait Baba, c’est son prénom. De nationalité marocaine, berbère originaire de Kenifra dans le moyen Atlas… je voudrais qu’il reste une trace de sa vie parce que de traces matérielles il ne reste malheureusement plus grand-chose.

  • Migrants "Morts pour la France" en 14-18

    Pour mieux connaître les "indigènes de la république", morts pour la France au vingtième siècle

  • Le « député musulman » de Pontarlier et le recrutement des soldats coloniaux

    Durant les dernières années du XIXe siècle, Philippe Grenier , député du Doubs (Pontarlier), propose de faire appel aux troupes coloniales pour compenser l’isolement stratégique de la France face à l’Allemagne.