Note historique : les "troupes coloniales" en 1914 et en 1945

Sommaire

Note historique sur les Maghébins, "Sénégalais" et pieds noirs engagées dans l'armée française dans les deux guerres mondiales.

Les « troupes coloniales »
L’expression est ambiguë. Elle a d’abord désigné, vers 1830-1900, les troupes françaises menant la conquête des colonies (zouaves, troupes de marines, comme par exemple l’infanterie de marine – les « marsouins »- , légion étrangère).
Puis, une fois cette conquête bien entamée, et plus encore après son achèvement, ont été créées des unités partiellement ou totalement constituées d’habitants des pays conquis : ainsi les spahis, corps de cavaliers constitué de Français et de Maghrébins ; ainsi les tirailleurs, algériens, apparus en 1856 avec la naissance du 1er régiment de tirailleurs algériens ; vinrent ensuite les tirailleurs tunisiens, puis marocains ; ainsi les tirailleurs sénégalais (venus des actuels Sénégal et Mali, mais aussi de toute l’Afrique noire française), apparus en 1857 ; ainsi enfin les goumiers marocains (un tabor, qui était à peu près l’équivalent d’un régiment, regroupait 3 ou 4 « goums » de 200 à 300 hommes chacun ; d’où le terme de goumiers pour désigner ces soldats).

Partager cette page :
  • Les Soninkés

    Un peuple d’Afrique sahélienne, installé dans la haute vallée du Sénégal, et qui compte 1 à 2 millions de membres. Ils sont partagés entre le Mali (région de Kayes), le Sénégal (région de Bakel) et la Mauritanie.

  • Esclavage et colonisation

    Situation d’un homme privé de liberté, qui est devenu la possession d’un autre homme qui peut faire de lui ce qu’il veut,

  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • Etudiant algérien à Besançon (1960-63)

    Mon premier contact avec Besançon a eu lieu il y a exactement cinquante ans, presque  jour pour jour, à l’aube d’un matin froid du mois d’Octobre 1960 en débarquant à la gare (Besançon Viotte)  par le train de nuit de Marseille.

  • Fiche pédagogique : Texte d’un projet de loi du Dr Philippe Grenier, député de Pontarlier

    Durant les dernières années du xixe siècle, Philippe Grenier, député du Doubs (Pontarlier), propose de faire appel aux troupes coloniales pour compenser l’isolement stratégique de la France face à l’Allemagne.

  • La place des « coloniaux » dans l’histoire militaire du nord-est de la France

    L’ouvrage "Frontière d’empire du Nord à l’Est. Soldats coloniaux et immigrations des Suds" (La Découverte, 2008) trace une histoire des régions frontalières, de 1870 à nos jours.

  • Polémiques à propos des colonies

    Selon les époques, la Gauche et la Droite ont chacune défendu ou pourfendu le colonialisme. Quelques rappels historiques permettront peut être d'éviter les idées simplistes.

  • Jardins familiaux

    L’association Les Jardins familiaux existe à Besançon depuis 1896. C’est l’abbé Jules Lémire, député du Nord, qui est à l’origine de ce concept, rappelle Ludovic Ellena, permanent aux Jardins familiaux.

  • Immigration et travail à Besançon (depuis 1945)

    Depuis la 1° Guerre mondiale, événement fondateur sur cette question, et jusqu’aux années 70, l’appel à la main d‘oeuvre étrangère a été une constante de l’économie française. Besançon n’échappe pas à la règle.