Coq migrateur

Cet emblème qui ornait le Monuments aux Morts du village d’EL ACHOUR a été récupéré par le Maréchal des logis /chef TOULIS au moment de l’Indépendance de l’Algérie en 1962

dans les débris du monument alors saccagé.

 

coq migrateur

Cette relique est précieuse puisqu’elle coûtat la vie à ce sous-officier.
Elle fut rapportée à BESANÇON par son Chef de Corps lors du rapatriement de l’unité en métropole et remise aux associations promoteurs du présent monument »

Texte de la plaque commémorative scellée près du coq

monument outre mer


Il est aujourd’hui derrière  le monument situé aux glacis dédié à la mémoire de tous les civils et militaires morts pour la France dans les anciens territoires français d’Outre Mer.

Le monument est dù au sculpteur G. Oudot

Partager cette page :
  • Jean Carbonare, un engagement pour l'Algérie

    Jean Carbonare a consacré sa vie au continent africain. Dans les années 40 alors qu’il vit à Besançon, il rencontre les premiers immigrés algériens.

  • Le recours aux troupes coloniales

    Pendant la guerre de 39-45, plus de 20 000 hommes originaires d'Afrique du Nord sont morts pour la France.

  • Une vie mouvementée

    A. est née en 1951 en Algérie, à Sidi Bel Abbès. Elle a trois frères et six sœurs dont une qui est décédée. Lorsqu’elle était jeune, elle est allée à l’école maternelle Gaston Julia puis à l’école Pasteur, à Sidi Bel Abbès.

  • Histoire de Baba, ancien combattant Marocain

    Je voudrais témoigner de la vie d’un homme qui s’appelait Baba, c’est son prénom. De nationalité marocaine, berbère originaire de Kenifra dans le moyen Atlas… je voudrais qu’il reste une trace de sa vie parce que de traces matérielles il ne reste malheureusement plus grand-chose.

  • Le député de Besançon et l’armée indigène en 1915

    Le 12 novembre 1915, Maurice Bernard dépose à La Chambre des Députés un rapport révélateur.

  • 1960 : M. et Mme Marmet accueillent des étudiants algériens

    « Nous étions quatre quand nous sommes arrivés un soir d’octobre 1960 à Besançon. Presque en tenue d’été ! » En pleine guerre d'Algérie, quatre étudiants Maghrébins se retrouvent en Franche-Comté...

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.