Photo des Italiens de Battant-Madeleine en 1959

Communauté italienne du quartier Battant-Madeleine, prise le 29 mars 1959 devant l'église de la Cassotte (Chapelle des Capucins).

Italiens de Battant

On reconnaît au centre en haut le père Emeliano.

Vous vous reconnaissez ou vous reconnaissez des personnes sur cette photo, racontez votre histoire .

Les liens entre Besançon et la péninsule existent depuis des temps immémoriaux. A partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, la ville connaît un certain développement économique et et les besoins en main d'oeuvre augmentent fortement. De nombreux Italiens du Nord viennent alors s'installer dans la capitale comtoise. Par la suite, jusqu'aux années 1970, des travailleurs provenant de toutes les régions d'Italie arrivent en nombre, tant et si bien que, comme dans la plupart des grandes villes françaises, ils constituent entre 1936 et 1968 la première communauté étrangère de Besançon. Le miracle économique italien des années 1960 et l'amélioration des conditions de vie qui s'en suit, mettent quasiment fin à cette immigration. Les rares Italiens qui s'installent actuellement à Besançon sont des spécialistes de haut niveau qui viennent travailler dans les grandes entreprises bisontines ou à l'Université.
L'immigré italien a joué un rôle essentiel dans l'évolution de Besançon au cours des deux derniers siècles ; beaucoup se sont bien adaptés à la vie en France et leurs descendants sont aujourd'hui pleinement intégrés. Mais ces histoires de réussites et d'intégration sont aussi souvent des histoires de souffrances, de sacrifices et de nostalgie. En rappelant l'importance de l'immigration italienne à Besançon, cette photo veut aussi, d'une certaine façon, rendre hommage à tous ces migrants.

Frédéric Spagnoli (Docteur en Italien et Docteur en Sociologie et petit-fils d'immigré italien)

Partager cette page :
  • Ma découverte du monde à 8 ans

    Mon départ pour l’étranger a eu lieu dans l’année de mes 8 ans, en 1954, au mois d’avril.
    A l’époque, on ne jugeait pas utile d’expliquer aux enfants ce qui allait leur arriver et j’étais séparée de mes parents depuis 6 mois, sans bien savoir pourquoi.

  • Immigration et travail à Besançon (depuis 1945)

    Depuis la 1° Guerre mondiale, événement fondateur sur cette question, et jusqu’aux années 70, l’appel à la main d‘oeuvre étrangère a été une constante de l’économie française. Besançon n’échappe pas à la règle.

  • Chez moi c’est ici maintenant malgré mon accent

    J'ai quitté la Sardaigne en 1962 pour venir à Besançon avec mon mari. Nous sommes venus retrouver ma tante. Mon mari a trouvé du travail très vite chez Baronchelli où mon oncle travaillait déjà donc on n’a pas eu de problèmes au départ.

  • Italiens des Trente Glorieuses

    A la fin de la guerre, les destructions sont considérables et l’on a grand besoin de bras pour rebâtir. De nombreux travailleurs étrangers, Italiens en tête, arrivent en masse pour « remettre la France sur pieds ».

  • Les migrants et leurs langues : le cas de la famille Salvio

    Que deviennent les langues apportées par les migrants une fois qu’ils sont installés en France ? Sont-elles transmises d’une génération à l’autre dans les familles ?

  • Les Italiens à Besançon depuis 1975

    En 1975, les Italiens passent au troisième rang en nombre d'immigrés (1756 personnes), derrière les Algériens et les Portugais, et, en 1982, ils se situent au quatrième rang, après les Portugais, les Algériens et les Marocains.

  • Artisan d'art : le parcours du combattant

    Je viens de Naples, où j'ai rencontré mon mari qui, lui, est français. Je suis venue en France pour vivre avec lui.
    Je suis arrivée à Besançon en janvier 2010, mais j'ai le sentiment d'avoir commencé réellement à y vivre en septembre.