Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins

Sommaire

En un temps où la télé et les radios locales n’existaient pas, la presse locale était la seule information de nos concitoyens. Il est donc important de voir quelle place elle accorde à tout ce qui concerne ceux qu’elle appelle les Nord-Africains

Puis, à partir de 1955, dans le contexte d’une guerre qui n’avoue pas son nom, les Algériens.

Rappelons qu’il existait à la Libération deux quotidiens à Besançon : La République et Le Comtois.

L’Est Républicain commence à s’implanter à Besançon à partir de 1951. Notre revue de presse n’a pas la prétention d’être exhaustive. Elle cherche à reconstituer une ambiance,  à mettre l’accent sur la façon dont les Nord-Africains étaient perçus par les Bisontins.

1950 : Détour par Montbéliard

C’est en 1950 que la presse locale commence à parler des Nord-Africains. Et c’est à propos du Pays de Montbéliard qui ne relève pas de notre sujet, mais qui est un pôle de concentration plus important que Besançon.
Le 7 septembre Le Comtois publie un bref article
“Violente manifestation des Nord-Africains à Montbéliard”.
Il est fait état d’un « vent d’émeutes » suite à la saisie par la police de 750 exemplaires du journal l’Algérie libre. Un rassemblement a lieu devant le commissariat qui subit un « véritable siège »...
Le 8 septembre le journal revient plus longuement sur cette affaire sous le titre : « A propos des incidents provoqués par les Nord-Africains ». « Ils sont 2 500. Sept cents d’entre eux sont actuellement au chômage. Tous vivent dans des conditions d’hygiène lamentable... Les travailleurs sont parqués dans des locaux où ils sont jusqu’à 7 ou 8 couchant pêle-mêle... Ils se plaignent amèrement d’être traités en parias ». « Il serait souhaitable que l’inspection du travail surveille de très près les immigrations ».
Cet article provoquera une mise au point du directeur départemental du Travail, M. Delacour, qui sera conseiller municipal de Besançon dans l’équipe Minjoz une fois devenu retraité.
Le haut fonctionnaire conteste l’emploi du mot immigration : « Vous semblez oublier que les Nord-Africains sont des citoyens français qui ont le droit comme vous et moi de prendre le bateau à Alger pour se rendre à Marseille sans avoir l’autorisation de personne ». (On remarquera l’emploi de l’expression Nord-Africains pour parler des seuls Algériens).
Des précisions sont données sur les chiffres : 1 500 à 1 800 pour le Doubs, moitié dans le Pays de Montbéliard. Les chômeurs seraient de 100 à 200. On voit donc que les statistiques ne sont pas très précises.
En ce qui concerne le logement, un « contrôleur social Nord-Africains » a été affecté à Montbéliard. Il a imposé des améliorations à la société Peugeot :  « les “anciens dortoirs” ont été transformés en petites chambres de 6 ou 7 au maximum ». Un « comité d’accueil de la main-d’œuvre nord-
africaine » vient d’être mis sur pied sous le triple patronage des ministères du Travail, de l’Intérieur, de la Santé.
Aucune référence n’est faite aux problèmes posés par l’exercice du culte musulman. Il est simplement indiqué qu’à Sochaux « une cantine nord-africaine a été ouverte » et qu’une « boucherie nord-africaine est en cours d’installation », ce qui traduit une volonté de prendre en compte les prescriptions rituelles de l’Islam. Nous avons donné les précisions sur le Pays de Montbéliard parce que les liens étaient nombreux entre Algériens qui se déplaçaient souvent entre le Nord Franche-Comté et Besançon.

Partager cette page :
  • Les immigrés et la crise du logement 1950

    "Les 65 travailleurs nord-africains, sont logés gratuitement par l’entreprise dans les conditions suivantes : 49 Nord-africains dans 11 petites baraques en bois désaffectées, 16 Nord-africains dans 2 fourgons de la S.N.C.F. stationnés sur une voie de la gare de triage"

  • 1952, création de l'AATEM, Henri Huot

    Demander à la municipalité de se préoccuper de leur sort n’était pas populaire : les conditions de vie lamentables de ces immigrés ne dérangeaient pas grand monde...

  • La Tunisie est son « pays d’enfant »

    Colette Sala ne sait pas ce que veut dire « être d’un pays » mais la Tunisie où elle est née est son « pays d’enfant », il ne lui appartient pas, elle n’en parle pas la langue et cependant elle se sent très émue et concernée par ce qui s’y passe politiquement…

  • Note historique : L'Algérie depuis l'indépendance

    L'évolution de l'Algérie depuis son indépendance est marquée par des mutations considérables, que ce soit du point de vue démographique (la population est passée de 10 millions à 37 millions d'habitants) ou économique :

  • Une vie mouvementée

    A. est née en 1951 en Algérie, à Sidi Bel Abbès. Elle a trois frères et six sœurs dont une qui est décédée. Lorsqu’elle était jeune, elle est allée à l’école maternelle Gaston Julia puis à l’école Pasteur, à Sidi Bel Abbès.

  • Les Nord-Africains à Besançon après la Seconde guerre mondiale

    D’après Jean Carbonare, les premiers Algériens arrivés à Besançon étaient d’anciens soldats de l’armée de Libération qui, démobilisés en Alsace, s’étaient repliés vers le sud.

  • Logement de travailleurs immigrés sur le chantier en 1964

    Ces photos ont été prises au cours des années 1964-1965 sur un chantier de construction rue de Chalezeule à Besançon.