Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins - On travaille ferme à la construction d'un centre d'accueil

Sommaire

Novembre 1952 : On travaille ferme à la construction d’un centre d’accueil

Sous ce titre Le Comtois fait état des travaux en cours. Il estime que les Algériens considèrent comme « l’entrée dans un paradis, l’occupation du baraquement de la gare de triage » et affirme
« qu’il est juste de se préoccuper du sort de ceux qui ont versé l’impôt du sang à la France ».
Des précisions sont données.
« L’hiver dernier, c’est dans des wagons à bestiaux que les Algériens se réfugiaient. Autour du feu que quelques cheminots avaient allumé, place leur était faite. Mais comme de grands enfants intimidés par la présence de blancs dont pourtant ils sont les compatriotes, les Algériens continuaient à grelotter dans l’ombre et le froid plutôt que de s’approcher du feu.
La baraque en bois fait 18 mètres de long, six de large, soit 100 m2. « Elle est assez haute pour permettre des couchettes superposées... On ne prévoit pas d’imposer un loyer. Ouvrir ce centre, c’est peut être une façon d’expurger la ville d’éléments que l’on juge à tort indésirables. Mais ce n’est pas en obligeant l’Algérien à vivre en marge de la société française qu’on lui permettra de mieux s’adapter à nos usages et de rendre les services qu’une France plus généreuse est en droit d’attendre de lui ».

Partager cette page :
  • Coq migrateur

    Cet emblème qui ornait le Monuments aux Morts du village d’EL ACHOUR a été récupéré par le Maréchal des logis /chef TOULIS au moment de l’Indépendance de l’Algérie en 1962

  • Les associations algéro-bisontines

    Quand Besançon se donne à lire: La ville comme objet théorique au sein des sciences humaines.

  • Les Nord-Africains à Besançon après la Seconde guerre mondiale

    D’après Jean Carbonare, les premiers Algériens arrivés à Besançon étaient d’anciens soldats de l’armée de Libération qui, démobilisés en Alsace, s’étaient repliés vers le sud.

  • Immigration et travail à Besançon (depuis 1945)

    Depuis la 1° Guerre mondiale, événement fondateur sur cette question, et jusqu’aux années 70, l’appel à la main d‘oeuvre étrangère a été une constante de l’économie française. Besançon n’échappe pas à la règle.

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.

  • Note historique : L'Algérie depuis l'indépendance

    L'évolution de l'Algérie depuis son indépendance est marquée par des mutations considérables, que ce soit du point de vue démographique (la population est passée de 10 millions à 37 millions d'habitants) ou économique :

  • Jean Carbonare, un engagement pour l'Algérie

    Jean Carbonare a consacré sa vie au continent africain. Dans les années 40 alors qu’il vit à Besançon, il rencontre les premiers immigrés algériens.