Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins - D'un fait divers révélateur à l’inauguration du Centre d'accueil

Sommaire

1956 : D’un fait divers révélateur à l’inauguration du Centre d’accueil

Les quelques lignes suivantes publiées par Le Comtois du 13 avril 1956 sont révélatrices.
« Le cadavre d’un Nord-Africain est découvert dans une casemate de Charmont. Ce Français musulman est mort d’un violent coup donné sur le crâne. La mort remonterait à un an ».
Ainsi, un homme pouvait disparaître sans que cela suscite enquête et recherches. C’est par hasard qu’un corps non identifié  est découvert...
Enfin, le travail patient des bénévoles qui ont œuvré pour la réalisation du centre d’hébergement arrive à son terme.
Le bâtiment de l’avenue Clémenceau peut loger 250 travailleurs. Parlant au nom de l’association d’accueil l’abbé Chays déclare : « ce jour, nous l’attendions depuis 5 ans. Enfin, le scandale des casemates est terminé où rien n’y manquait : le froid, la boue, l’obscurité, la vermine ».
« Au nom de ses camarades nord-africains, M. Hamiar se fit l’interprète de la gratitude des bénéficiaires de cette réalisation ». Enfin, Jean Minjoz annonça que « dimanche prochain serait servi aux Nord-Africains de Besançon un couscous offert par la Ville ».
Le 3 septembre La République avait publié un article intitulé « Opération feu de joie au haut de Battant ». Il s’agissait de la destruction, décidée par la municipalité, du baraquement installé en haut de Battant et qui avait servi d’abri aux Nord-Africains avant l’ouverture du Centre.
Le reportage précise que « le feu fit sortir d’énormes rats », ce qui en dit long sur l’état des lieux où vivaient des dizaines d’hommes avant leur relogement.
Il est juste de rappeler que parmi ceux qui avaient œuvré pour la construction du Centre, nombreux étaient les militants qui n’entendaient pas seulement faire une bonne action, mais qui voulaient lutter contre un système d’exploitation particulièrement injuste.

Partager cette page :
  • Logement de travailleurs immigrés sur le chantier en 1964

    Ces photos ont été prises au cours des années 1964-1965 sur un chantier de construction rue de Chalezeule à Besançon.

  • 1952 : création de l'AATEM. Jean Carbonare

    Chaque jour, il croise des travailleurs d’origine algérienne. Il apprend qu'ils logent comme des rats, dans les casemates des anciennes fortifications de la ville

  • Jean Carbonare, un engagement pour l'Algérie

    Jean Carbonare a consacré sa vie au continent africain. Dans les années 40 alors qu’il vit à Besançon, il rencontre les premiers immigrés algériens.

  • Une vie mouvementée

    A. est née en 1951 en Algérie, à Sidi Bel Abbès. Elle a trois frères et six sœurs dont une qui est décédée. Lorsqu’elle était jeune, elle est allée à l’école maternelle Gaston Julia puis à l’école Pasteur, à Sidi Bel Abbès.

  • Mon joyeux exil à Besançon

    Une étudiante algérienne exprime son bonheur d'avoir pu étudier à Besançon. C'est l'occasion pour elle de parler de sa ville d'origine, Saïda.

  • Les casemates (1945-1956)

    Les premiers algériens venus travailler à Besançon après la guerre de 1945 ont logé dans ces fortifications rue d'Arène jusqu'à ce que la Municipalité les fasse murer en 1956 après la construction du foyer d'hébergement de la rue Clémenceau.

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,