Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins - Le Nouvel An au Centre nord-africain

Sommaire

1957 : Le Nouvel An au Centre nord-africain

Le 2 janvier Le Comtois publie le bref symbolique article suivant sous le titre « le Nouvel An au Centre nord-africain » : « Le Nouvel An au centre nord-africain selon une tradition maintenant établie et qui remonte au 1er janvier 1954. M. Minjoz, maire de Besançon, a présenté les voeux du Conseil Municipal et de la Municipalité aux travailleurs nord-africains.

Cette cérémonie consistait en une tournée aux différents points d’hébergement :
• Tour Carrée,
• Baraquements des Ponts et Chaussées,
• Casemate de Tarragnoz,
• Casemate du triage
• et Centre d’accueil.
Après quoi, il a offert le thé de l’amitié. »
Ainsi, au matin du 1er janvier, alors que beaucoup de Bisontins dormaient encore s’étant couchés tard après le réveillon, leur délégation d’élus allait souhaiter la bonne année aux Nord-Africains qui n’étaient pas tous logés au Centre d’accueil.
Cette sympathique tradition est sans doute née à l’initiative de l’adjoint Huot.
Elle s’est poursuivie jusqu’à la fermeture du Centre d’accueil en 1989. Notons qu’en 1957 Jean Minjoz était député-maire mais aussi membre du gouvernement en qualité de Secrétaire d’Etat au Travail et à la Sécurité sociale.

Partager cette page :
  • Jardins familiaux

    L’association Les Jardins familiaux existe à Besançon depuis 1896. C’est l’abbé Jules Lémire, député du Nord, qui est à l’origine de ce concept, rappelle Ludovic Ellena, permanent aux Jardins familiaux.

  • La Tunisie est son « pays d’enfant »

    Colette Sala ne sait pas ce que veut dire « être d’un pays » mais la Tunisie où elle est née est son « pays d’enfant », il ne lui appartient pas, elle n’en parle pas la langue et cependant elle se sent très émue et concernée par ce qui s’y passe politiquement…

  • Etudiants français et d'outre mer à Besançon en 1954

    Pourquoi Jean Ponçot choisit-il en 1954 d'écrire son mémoire de DESS de géographie sur le thème des migrations étudiantes?

  • Note historique : L'Algérie depuis l'indépendance

    L'évolution de l'Algérie depuis son indépendance est marquée par des mutations considérables, que ce soit du point de vue démographique (la population est passée de 10 millions à 37 millions d'habitants) ou économique :

  • 1952 : création de l'AATEM. Jean Carbonare

    Chaque jour, il croise des travailleurs d’origine algérienne. Il apprend qu'ils logent comme des rats, dans les casemates des anciennes fortifications de la ville

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.