Note historique : L'immigration portugaise en France - Les Portugais en Franche-Comté

Sommaire

 

Les Portugais en Franche-Comté
On a compté jusqu’à 1 800 Portugais à Besançon (en 1979 ; 2ème place parmi les étrangers), et ils étaient encore 922 en 1999 (3ème place derrière Algériens et Marocains). Une association portugaise existe au 10 route de Marchaux. Un Portugais de Besançon, Jacky da Costa, a écrit ses mémoires (« Mémoire de la Communauté silencieuse »), où il raconte sa vie à Barco et Covilha, son arrivée à Besançon, son engagement associatif luso-bisontin marqué par sa foi chrétienne. Il s’exprime aussi sur ce site dans une interview. Il estime à 12 000 le nombre des Portugais en Franche-Comté.
On doit noter aussi l’existence d’une active Association culturelle et sportive à Audincourt (ACSPA), de clubs de sportifs portugais à Vesoul et Belfort, d’associations portugaises à Ornans, Pontarlier, Lons, Salins, Saint-Claude, Moirans, Champagnole, Morez, Poligny, Héricourt, Saint-Loup-sur-Semouse.
Un important pélérinage rassemble des Portugais de tout l’Est de la France à Mont-Roland près de Dole, en l’honneur de Notre-Dame de Fatima. Ils étaient plusieurs milliers le 10 mai 2009.

Partager cette page :
  • Jardins familiaux

    L’association Les Jardins familiaux existe à Besançon depuis 1896. C’est l’abbé Jules Lémire, député du Nord, qui est à l’origine de ce concept, rappelle Ludovic Ellena, permanent aux Jardins familiaux.

  • Portugal : témoignage de M. Da Costa

    M. Da Costa explique les raisons de son départ du Portugal pour Besançon, le 28 octobre 1964, et nous raconte ce qu'il a ressenti en arrivant.

  • Le Portugal est son pays-émotion

    Paula, âgée alors de 11 ans, est arrivée en France, à Valentigney, en 1971, accompagnée de ses parents et de son petit frère de 4 ans. Elle venait du Portugal.

  • Immigration et travail à Besançon (depuis 1945)

    Depuis la 1° Guerre mondiale, événement fondateur sur cette question, et jusqu’aux années 70, l’appel à la main d‘oeuvre étrangère a été une constante de l’économie française. Besançon n’échappe pas à la règle.

  • Un jour, il y a eu 2 contrats de travail pour l’étranger

    Je suis née au Portugal dans un petit village qui s’appelle Girabolhos en 1965. Nous sommes 5 enfants, 4 filles 1 garçon, 4 enfants nés au Portugal et la petite dernière née en France en 74 l’année où on est arrivés.