Etudiants français et d'outre mer à Besançon en 1954

Sommaire

Pourquoi Jean Ponçot choisit-il en 1954 d'écrire son mémoire de DESS de géographie sur le thème des migrations étudiantes?

Luttes pour l'indépendance dans les colonies

En 1958, dans l’avant propos de mon Diplôme Supérieur de Géographie, je notais que des études existaient sur le milieux étudiant, en particulier sur leur origine sociale. Par contre aucun mémoire, n’avait jamais été publié sur les migrations étudiantes, c'est-à-dire sur leurs déplacements quels qu’ils soient.

Pourquoi donc me suis-je décidé à creuser cette piste difficile dans la mesure où les seules sources d’études étaient des statistiques brutes détenues par des organismes liés aux dix-sept universités  existant à cette époque ?

La raison exclusive était la volonté de mieux connaître l’action des étudiants issus des colonies françaises qui luttaient pour le droit à l’indépendance de leurs peuples

En effet, je commençai mes études supérieures en  propédeutique en novembre 1953 alors que se déroule «  la guerre d’Indochine » qui devait se terminer par la défaite de Dien Bien Phu  le 7 mai 1954. L’année scolaire avait donc été marquée par les luttes entre deux camps étudiants : les partisans de la guerre et ceux de la négociation entre les belligérants.

 

Partager cette page :
  • Esclavage et colonisation

    Situation d’un homme privé de liberté, qui est devenu la possession d’un autre homme qui peut faire de lui ce qu’il veut,

  • Algérie : l’action des étudiants français et algériens à Besançon entre 1950 et 1960

    L’association des étudiants de Besançon (AGEB) est la section locale de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF).

  • Note historique : les "troupes coloniales" en 1914 et en 1945

    Note historique sur les Maghébins, "Sénégalais" et pieds noirs engagées dans l'armée française dans les deux guerres mondiales.

  • 1960 : M. et Mme Marmet accueillent des étudiants algériens

    « Nous étions quatre quand nous sommes arrivés un soir d’octobre 1960 à Besançon. Presque en tenue d’été ! » En pleine guerre d'Algérie, quatre étudiants Maghrébins se retrouvent en Franche-Comté...

  • Etudiant algérien à Besançon (1960-63)

    Mon premier contact avec Besançon a eu lieu il y a exactement cinquante ans, presque  jour pour jour, à l’aube d’un matin froid du mois d’Octobre 1960 en débarquant à la gare (Besançon Viotte)  par le train de nuit de Marseille.

  • Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins

    En un temps où la télé et les radios locales n’existaient pas, la presse locale était la seule information de nos concitoyens. Il est donc important de voir quelle place elle accorde à tout ce qui concerne ceux qu’elle appelle les Nord-Africains

  • Coq migrateur

    Cet emblème qui ornait le Monuments aux Morts du village d’EL ACHOUR a été récupéré par le Maréchal des logis /chef TOULIS au moment de l’Indépendance de l’Algérie en 1962

  • Une vie mouvementée

    A. est née en 1951 en Algérie, à Sidi Bel Abbès. Elle a trois frères et six sœurs dont une qui est décédée. Lorsqu’elle était jeune, elle est allée à l’école maternelle Gaston Julia puis à l’école Pasteur, à Sidi Bel Abbès.