Note historique : les Roms

Sommaire

Leur contrée d'origine est en Inde. Ils sont aujourd'hui la plus importante minorité transnationale d'Europe

1) Précisions de vocabulaire

Le mot de Rom (ou Rrom) désigne les 8 à 10 millions de descendants d’un groupe humain venu aux XI°-XV° siècles d’Inde en Europe, groupe qui, par sa langue, sa culture, son mode de vie, ses métiers, son histoire, ses rapports avec les citoyens non roms des pays où il vit, a conservé une forte personnalité et la conscience de son unité.
Depuis quelques années, ce mot a été choisi par les Roms eux-mêmes pour se désigner, et pour qu’on les désigne. L’adjectif est « romani » (rromani).
Auparavant, ce groupe était désigné par le mot de Tziganes, mot issu du grec « Atsiganos » (« qui ne touche pas ») secte manichéenne d’Asie mineure avec laquelle les Roms furent confondus lors de leur passage dans la région, vers les XIII°-XIV° siècles.
Classiquement, on distinguait, et on distingue encore parmi les Tziganes (Roms) :
- les Manouches, ou Sintés, Roms germanisés.
- les Roms, vivant en Europe orientale et balkanique (appelés en Europe occidentale Bohémiens, ou Romanichels).
- les Gitans, ou Kalès ( Gitanos, ou Gypsies, d’après le mot « Egyptien », car on disait qu’ils étaient passés par l’Egypte). C’est la branche atlantique du peuple rromani. Nombreux en Andalousie, Catalogne, sud de la France.
Donc, malgré les réticences des Manouches et Gitans, le mot Rom, qui ne désignait qu’une partie du groupe, désigne maintenant , officiellement, l’ensemble. Les Roms jugent que le mot « Tzigane », devenu péjoratif, ne doit plus être utilisé.

Partager cette page :
  • Qu'est-ce qu'un étranger ?

    Dans un monde marqué par les migrations, le terme d'« étranger » doit être défini précisément afin d'éviter toute incompréhension ou tout amalgame.

  • Les Roms en quelques lignes

    Ce mot remplace depuis quelques années le mot « Tsigane ». Il désigne un groupe humain qui a migré en 4 ou 5 siècles (XI°-XV°) de l’Inde du Nord, sa région d’origine, jusqu’en Europe .

  • Asile, 2008

    Ils sont arrivés de Bosnie, parce qu'ils étaient en danger de mort. Lui 23 ans, elle 22 ans avec un bébé de 18 mois et l'avenir n'était pas pour eux.

  • Destin administratif

    « J'ai eu un passeport yougoslave puis un passeport serbe puis un passeport des Nations unies et bientôt un passeport kosovar... »

  • Europe de l'est : Yougoslavie et Kosovo : témoignages vidéo

    Le premier à être venu en France est Enver, en 74, suite à une offre d'embauche à l'ambassade de France en Yougoslavie.

  • Apatride : clandestinité forcée

    Selon la Convention de New York du 28/09/1954, le terme d’« apatride » s’applique à toute personne qu’aucun État ne considère comme son ressortissant par application de sa législation.

  • Exposition Empreintes : 4 histoires de vie

    Nos ancêtres ont traversé les frontières, nous vivons là, mais nous sommes d’ailleurs, intrinsèquement témoins, malgré nous, des espaces cultivés de nos aïeux.

  • L'ex-Yougoslavie

    Dans le nord des Balkans, pas loin de la France (Belgrade est à peine plus éloigné de Paris que ne l'est Rome, 1 400 km contre 1100) ) a existé au XXème siècle, pendant 74 ans (1918-1992 avec une parenthèse en 1941-1945) un Etat nommé Yougoslavie.

  • Europe de l'Est : un Rom de Macédoine contraint de fuir son pays (vidéo)

    Monsieur Gola est originaire de Macédoine; il a dû fuir son pays après avoir été le dirigeant d'un mouvement qui protestait notamment contre le renvoi du directeur d'une école d'un quartier Rom.