Note historique : les Roms - Pas d'angélisme

Sommaire

6) Pas d’angélisme !

La « political correctness » et le souci de combattre la tziganophobie ne doivent pas amener à taire des défauts et erreurs que les Roms les plus lucides et courageux dénoncent eux-mêmes.

Enumérons-les :
- une misogynie féroce caractérise la société rom en Europe de l’Est. La femme est soumise, mariée souvent entre 8 et 13 ans (« C’est la tradition ! »), accablée de maternités (grossesses non rares vers 13 ans).
-aucun souci de la formation scolaire dans la plupart des familles.
Pour les Roms, l’école représente souvent un milieu hostile (la culture de l’écrit qui leur est étrangère, les horaires fixes, l’obligation de rester concentré sur un travail…) Et puis on y enseigne les valeurs des Gadgé, qui vont à l’encontre de la tradition.
- un « illégalisme qui peut devenir brutalité », comme le dit prudemment dans « Libération » Gérard Dupuy. La surdélinquance rom est un sujet tabou. Mieux vaut l’affronter que le nier. Toute la communauté pâtit de la dérive d’une partie d’entre elle, dérive qui nourrit le racisme anti-tzigane (« ils sont sales, voleurs et menteurs , on le voit bien en Italie depuis les élections municipales de 2008
- « un double mouvement de ghettoïsation, par les autres et par nous-mêmes…Un fatalisme social…Et certaines traditions : les filles ne restent pas longtemps à l’école, parce que leurs parents les marient très tôt » (Aret Shakir, un jeune juriste turco-rom de Skopje). Il y a donc exclusion par les autres, mais aussi, partiellement, autoexclusion, refus d’intégration au monde des sédentaires.
Le film « Le Temps des Gitans », d’Emir Kusturica, traduit bien le mélange , passionnant, déroutant, (inquiétant, aux yeux de beaucoup) entre vitalité et marginalité délinquante, qui caractérise certains groupes de Roms.

Partager cette page :
  • Qu'est-ce qu'un étranger ?

    Dans un monde marqué par les migrations, le terme d'« étranger » doit être défini précisément afin d'éviter toute incompréhension ou tout amalgame.

  • Les Roms en quelques lignes

    Ce mot remplace depuis quelques années le mot « Tsigane ». Il désigne un groupe humain qui a migré en 4 ou 5 siècles (XI°-XV°) de l’Inde du Nord, sa région d’origine, jusqu’en Europe .

  • Yasmina Huseljic, réfugiée de Bosnie

    Je suis née en 1976 à Dojni Vakuf en Bosnie. Une ville grande comme Pontarlier. Mes parents étaient de la région.

  • Guadeloupéenne et Vietnamienne

    « Je suis métisse... Ma mère avait trahi sa patrie. » Madame Lang témoigne de son enfance extrêmement difficile au Vietnam, jusqu'à son installation en Franche-Comté.

  • Comtois de souche ? (l’endogamie)

    Chaque année, certains mots apparaissent dans nos dictionnaires ; aucun ne semble en disparaître et pourtant, selon moi, le mot « race » devrait en être banni. Yes we can !

  • Exposition Empreintes : 4 histoires de vie

    Nos ancêtres ont traversé les frontières, nous vivons là, mais nous sommes d’ailleurs, intrinsèquement témoins, malgré nous, des espaces cultivés de nos aïeux.

  • L'ex-Yougoslavie

    Dans le nord des Balkans, pas loin de la France (Belgrade est à peine plus éloigné de Paris que ne l'est Rome, 1 400 km contre 1100) ) a existé au XXème siècle, pendant 74 ans (1918-1992 avec une parenthèse en 1941-1945) un Etat nommé Yougoslavie.

  • Roms de Planoise : démarche participative des CEMEA

    Roms d’Europe et de Planoise, à Besançon - Etude participative

  • Réfugiés Bosniaques 2007, témoignage vidéo

    Samir et Sabina sont originaires d'un village de Bosnie. Pour Samir, le retour des Serbes dans les villages bosniaques crée une situation insupportable.