Les kurdes en Turquie

Un peuple du Moyen-Orient, qui vit à cheval sur la Turquie de l’Est, l’Iran de l’Ouest, l’Irak du Nord et la Syrie du Nord-Est. Un peuple des montagnes, qui se dit descendant des Mèdes.

 

1) Qui sont les Kurdes ?
Un peuple du Moyen-Orient, qui vit à cheval sur la Turquie de l’Est, l’Iran de l’Ouest, l’Irak du Nord et la Syrie du Nord-Est. Un peuple des montagnes, qui se dit descendant des Mèdes.
Un peuple très tôt converti à l’islam sunnite
Un peuple dont la langue appartient au groupe iranien des langues indo-européennes. Ce n’est ni une langue arabe, ni une langue turque.

2) Leur nombre :
- en Turquie, ils sont environ 14 millions, soit 20 % de la population. Ils occupent 210 000 km², soit 27 % du territoire.
- en Iran, ils sont environ 6,5 millions (10%) sur 195 000 km² (12% du territoire)
- en Irak, ils sont 5 millions (2 5% de la population) sur 83 000 km² (19 % du territoire)
- en Syrie, ils sont 1,5 million (9 % de la population) sur 15 000 km² (8 % du territoire)
Au total, ils sont donc 25 à 30 millions, sur 500 000 km². Sur le papier, largement de quoi faire un Etat : plus que la population roumaine sur une surface qui est celle de l’Espagne.

3) Y a-t-il un peuple kurde ?
-
il n’y a pas une langue kurde, mais des langues kurdes. Les spécialistes distinguent le kurmandji et le zaza, dialectes parlés en Turquie, et qui sont écrits en alphabet latin, le sorani, parlé en Irak, et écrit en alphabet arabe. Chacun de ces groupes est lui-même subdivisé en sous-dialectes. Toutes les tentatives pour unifier ces parlers kurdes ont échoué.
- La société kurde est une société de clans-tribus rivaux, dominés par leurs aghas . Société arriérée, féodale, chaque clan dans sa vallée.
De terribles vendettas (« birakoujis », ou guerre des tribus) opposent ces clans entre eux depuis des siècles, et les Etats turc, iranien, irakien ont très bien su jouer de ces haines. Les Kurdes ont certes été férocement réprimés par ces trois États. Ils se sont aussi beaucoup assassinés entre eux.

4) Les Kurdes en Turquie
I
ls occupent le quart sud-est de la Turquie. Leur capitale est Diyarbakir.
L’exode rural fait qu’on les trouve aussi à Istanbul et dans les autres grandes villes de Turquie, et aussi en Europe.

a) Un peu d’histoire
- Le grand Saladin (qui a repris Jérusalem fin XIIe siècle) était kurde.
- Arméniens et Kurdes vivaient mélangés dans l’Est turc. Le génocide des Arméniens en 1915 a désarménisé la zone.
- 1920 : le traité de Sèvres prévoit vaguement un Etat kurde.
- 1923 : les victoires de Mustapha Kemal  détruisent cet espoir.
- 1925 : 1ère révolte kurde (et islamique) du cheikh Saïd.
- 1930 : 2ème révolte (Ihsan Nouri)
- 1937 : 3ème révolte (Seyid Reza). Terrible répression : 40 000 morts.

b) La négation du fait kurde : Atatürk et tous ses successeurs sont obsédés par l’unité nationale (souvenir des années 1920-23).
Pendant très longtemps, le mot même de kurde fut banni. On disait « Turcs de l’Est » ou « Turcs des montagnes ». La langue était proscrite, à l’école, dans les médias, dans la rue même. La turcisation fut constante, et plutôt efficace.
Le cinéaste Ylmaz Güney (« Yol ») a passé 12 ans en prison. La députée Leyla Zana 10 ans, en 1994-2004, pour action séparatiste.

5) Le PKK et la guerre (1984-1999)
Les revendications légales n’ayant pas d’écho, un groupe de kurdes turcs marxistes-léninistes dirigé par Abdullah Öcalan fonda en 1978 le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), qui lança en 1984 la lutte armée contre les « colonialistes turcs ».
Malgré son sectarisme sanglant (qui évoque de près le Sentier lumineux péruvien et les moudjahiddines du peuple iraniens), le PKK parvint à attirer à lui une partie des Kurdes. Des milliers de maquisards se battirent dans l’Est contre près de 300 000 soldats turcs. Il y eut plus de 30 000 morts. 2 500 villages furent rasés.

La guerre prit fin vers 1999 lorsque les Turcs enlevèrent Öcalan au Kenya. Une fois prisonnier, on peut dire qu’il perdit de sa superbe. Il  appela ses partisans, stupéfaits mais obéissants,  à la fin des combats. Il fut « un tueur psychopathe »,
mais avait été un temps « l’espoir de tout un peuple » (expressions d’un journaliste anglais.

6) Vers une normalisation ?
D
es partis kurdes légaux existent. Le DTP n’a que 6 % des voix en 2002 au niveau national, mais souvent la majorité au Kurdistan. Ces partis réclament des droits culturels, mais pas l’indépendance. Ils reconnaissent le drapeau turc.
Beaucoup de Kurdes, las de la guerre, soutiennent cette position. Beaucoup parlent turc, et non kurde, et sont loyaux à l’Etat turc.
Le gouvernement turc, en partie par réalisme, en partie sous la pression de l’Union européenne, a un peu assoupli sa position.
En 1990, l’usage oral de la langue kurde a été accepté. En 2002, une loi a enfin autorisé l’enseignement de la langue kurde.

7) Les Kurdes en Europe
-
En Allemagne, sur 2,5 millions de Turcs, on compte environ 600 000 Kurdes. Vers l’an 2 000, on estimait à 10 000 le nombre des activistes du PKK sur le sol allemand.
- En France, sur 400 000 Turcs, 150 000 seraient Kurdes. Il y a une tradition de présence intellectuelle kurde à Paris, grâce à une famille de notables tôt venus, les Bedir Khan. Kamuran Bedir Khan enseigna à l’INALCO dans les années 60.
L’Institut kurde de Paris, fondé en 1983, est très actif. Il est à la fois scientifique et militant. Les médias français donnent volontiers la parole à son directeur, Kendal Nezan.

(Je conseille d’aller voir sur Internet le site de Chris Kutschera, où l’on peut consulter ses articles, notamment « Langue, culture, identité : qu’estce qu’être kurde ? ». Journaliste français, Kutschera est l’auteur de plusieurs livres de référence sur les Kurdes)
http://www.chris-kutschera.com/

Partager cette page :
  • Les Kurdes en Turquie

    Sur 70 millions de Turcs, 15 millions environ sont kurdes. (Il sont 5 millions en Irak ; 6,5 en Iran, 1,5 en Syrie). Le Kurdistan turc est au sud-est de l’Anatolie . Capitale : Diyarbakir.

  • La laïcité en Turquie

    Elle a été imposée en Turquie par Mustapha Kemal, au pouvoir de 1922 à 1938.

  • Les Turcs en France

    Leur nombre est évalué à 400 000 environ (restés étrangers ou devenus français). C’est le sixième groupe d’origine étrangère résidant en France,