L'immigration marocaine en Franche-Comté et à Besançon

Sommaire

C'est par l'histoire de l'immigration marocaine en France et plus particulièrement en Franche-Comté, puis par les témoignages de deux générations successives de Marocains résidents à Besançon que cette étude sera sillonnée.

L'histoire joue un grand rôle dans les différentes formes d'immigration maghrébines. La France est le partenaire majeur de ces vagues migratoires tout au long du XXè siècle et si la colonisation est la cause commune de ces liens, les passés migratoires sont bien différents entre l'Algérie, la Tunisie et le Maroc : « les contingentements successifs par la France de l'immigration algérienne en 1964, 1978 et 1872, puis son arrêt officiel après 1974 ont généré un accroissement notable des effectifs marocains et tunisiens »(1).
C'est à l'accroissement de l'immigration marocaine et à son déploiement spatial que s'intéresse Myriam Moubtassim dans son mémoire de maîtrise de géographie; « L'immigration marocaine en Franche-Comté » effectué à Besançon en 1996. Son étude est orientée sur trois niveaux; national, régional et enfin local avec la ville. Si le premier niveau est général et s'attache aux raisons historiques des départs des Marocains pour la France, les échelles plus circonscrites de la région et de la ville de Besançon (entre autres) pénètrent dans le quotidien des immigrés afin d'explorer le profil des migrants, leur perception d'eux-mêmes et de leur lieu de vie.

(1) Jean-Paul Gourévitch, Les migrations en Europe, Acropole, Saint-Amand-Montrond, 2007.

 

Partager cette page :
  • Mr X, marocain, rejoint sa femme

    « Je suis arrivé par regroupement familial. Mon épouse est de la même région du Maroc que moi. Je me suis marié là-bas au Maroc en 1997 et je suis arrivé en France en 2000. »

  • Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

    Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

  • Epicerie sociale

    Partir pour retrouver les siens. Pour moi le voyage, c‘est un transfert de climat, une sorte de transformation qui se construit par des relations humaines.

  • Abdellatif Targhaoui, conteur

    Abdellatif Targhaoui a transformé le jeu des chaises musicales en un jeu des chaises conteuses. Celui où on n’enlève plus de chaises quand il en reste deux et qui se révèlent être celles qui incitent à conter.

  • On est venus en contrat de migration

    M. et Mme El Garche, venus du Maroc, sont des habitants des tours de l'Amitié. Ils sont arrivés en France en 1970, et racontent les aléas du parcours de M. El Garche, ouvrier, chef d'équipe puis... chômeur et retraité.

  • Si tu me lâches, je suis perdue, je ne sais même pas comment rentrer

    Yamina m’accueille avec douceur et réserve. Peu à peu, la distance se dissout, nous nous rencontrons.
    Au Maroc, elle avait 5 frères et 3 sœurs. Elles est arrivée en France en 1979, en août.

  • Hajar la métisse : et pourquoi on ne changerait pas les choses?

    Rencontre à l'espace solidaire de Planoise lors de la préparation d'une table d'hôtes.