Note historique : L'indochine ex-française

Sommaire

Plan : la conquète, la guerre d'indochine, la guerre du Vietnam, les boat people, des états toujours communistes, les Indochinois en France et à Besançon

Elle a existé administrativement entre 1887 et 1945, sous le nom d’Union indochinoise, dotée d’un gouverneur. On parla ensuite d’Etats associés au sein de l’Union française (1945-1954). Elle regroupait le Vietnam (formé du Tonkin, de l’Annam et de la Cochinchine), le Laos et le Cambodge. Les frontières entre ces trois Etats ont été conservées après les indépendances.

1) La conquête française dura 35 ans, entre 1858 (conquête de la Cochinchine, c’est-à dire Saigon et sa région) et 1893 (protectorat sur le Laos). Quelques noms de conquérants : Francis Garnier, Auguste Pavie.

2) Le milieu :  736 000 km2, presque une fois et demi la France. Un climat tropical humide : le climat de mousson.
Physiquement, on distingue les vallées et deltas de deux grands fleuves, le Fleuve Rouge au Vietnam Nord et le Mékong qui traverse Laos, Cambodge et Vietnam du Sud. Les deux deltas sont les greniers à riz de la région.
Le reste de l’Indochine française est montagneux, couvert d’une jungle épaisse, et habité par des minorités ethniques ( Hmongs, Daos, Thaïs, Chams……) très différentes des trois ethnies majoritaires que sont les Vietnamiens, les  Khmers (synonyme de : Cambodgiens) et les Laos. A noter aussi la présence de 300 000 Chinois, commerçants actifs dans toute la zone.
En 1947, les trois pays d’Indochine comptaient 21 millions d’habitants, dont seulement 39 500 Français. L’Indochine fut un joyau de l’empire colonial français, mais pas une colonie de peuplement, puisqu’elle comptait 0,2% d’Européens, à comparer aux 10% d’Européens en Algérie française.

3) Trois royaumes :
- le royaume du Laos (236 800 km2) était le moins peuplé, et le moins développé. Capitale : Vientiane.
- le royaume du Cambodge, 181 000 km2, bouddhiste, très influencé architecturalement par l’Inde (temples d’Angkor), était menacé au 19ème siècle par l’expansion de ses deux grands voisins, le Siam (aujourd'hui la Thaïlande )et l'Annam (aujourd'hui le Vietnam). Capitale : Phnom-Penh.
- L’Empire d’Annam , 330 000 km2, avait son siège à Hué. Il était de culture chinoise. Il dominait trois régions, qui constituent le Vietnam actuel : le Tonkin (Hanoï)   au nord, l’Annam (Hué) au centre et la Cochinchine (Saigon) au sud. En France, on a longtemps utilisé les mots « Tonkinois » et « Annamites » pour désigner les Vietnamiens. A noter la présence d’une minorité catholique antérieure à la colonisation française.

4) La France exerçait en principe sur chacun de ces trois royaumes un protectorat, c’est-à-dire qu’elle y laissait en place les souverains des dynasties pré-coloniales. Mais en fait, elle pratiquait l’administration directe, et les souverains,  comme Bao Daï au Vietnam,  Norodom Sihanouk au Cambodge et Sisavang Vong au Laos,  étaient, à l’époque française, sans pouvoir réel.
Il y eut certes un développement de l’enseignement, puisqu’en 1940, on comptait 5 000 diplômés vietnamiens de l’enseignement supérieur, mais les inégalités d’accès aux carrières administratives , à leur détriment, inhérentes au système colonial, entraînèrent chez nombre de ces diplômés frustration , amertume, et révolte. Une partie des élites créées par la France se tourna vers le nationalisme, et réclama l’indépendance. Le jeune parti communiste vietnamien de Ho Chi Minh , encore faible avant la guerre, profitait de cette évolution, se posant en défenseur le plus résolu de la nation vietnamienne contre le colonialisme.

5) Une émigration vietnamienne vers la France existait dès cette époque. Emigration forcée pendant la guerre de 1914-18 de 50 000 ouvriers ou soldats, presque tous repartis ensuite au pays. Emigration libre d’étudiants et intellectuels, peut-être 5 000 entre 1919 et 1939.

Carte: Indochine française

Partager cette page :
  • Indochine

    Les Français ont appelé « Indochine française » trois pays qu’ils ont conquis entre 1858 et 1893 : le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

  • Cambodge : les camps de Thaïlande

    J’ai visité les mouroirs de sœur Teresa à Calcutta. Mais c’est un paradis les mouroirs de sœur Teresa par rapport aux camps de réfugiés !

  • L'AFCAR

    L'association Franc-comtoise d'assistance aux réfugiés, l'AFCAR. «L'AFCAR» s'est créée dans les années 1980, à Besançon .

  • Les réfugiés et le père Gilles : une longue histoire

    Le père Gilles est un personnage incontournable de l'histoire de l'accueil des migrants à Besançon. Il a consacré une très grande partie de sa vie et de son énergie aux réfugiés du Sud-Est asiatique.

  • Sud Est Asiatique : l'association franc-comtoise d'aide aux réfugiés

    Dès 1975, avec la fin de la guerre du Vietnam et les exactions des Khmers rouges, commence l'arrivée massive de réfugiés , les "boat people".

  • M. Ly est un Hmong, réfugié politique, venu du Laos

    J'étais de nationalité laotienne, d'ethnie hmong (« Hmong » veut dire « homme libre ») avant d'arriver en France et d'obtenir la nationalité française. Je suis venu et j'ai été accepté comme réfugié politique.

  • Du Vietnam à Besançon

    Une histoire qui commence au Vietnam. Le pays des ravages politiques, économiques et humains. La terre natale de M. Dinh, originaire de Ho Chi Minh, où il vit jusqu’à ses 21 ans. En désaccord avec la réalité qui l’entoure et dans la recherche d’une vie meilleure, il fuit son pays en 1987 s’accrochant aux planches d’un bateau, tout comme environ trois millions de personnes entre 1975 et 1997, nommées « Boat-people ». Comme une feuille qui se détache de son arbre, soulevée par le vent, sans savoir où elle atterrira, il se retrouve tout d’abord en Singapour, ensuite, en Amérique :

  • Guadeloupéenne et Vietnamienne

    « Je suis métisse... Ma mère avait trahi sa patrie. » Madame Lang témoigne de son enfance extrêmement difficile au Vietnam, jusqu'à son installation en Franche-Comté.