Note historique : L'indochine ex-française - La Guerre du Vietnam

Sommaire

LA GUERRE DU VIETNAM. LES BOAT PEOPLE

1) La Guerre du Vietnam (1965-1975)

Au Vietnam du Sud éclata une guérilla communiste contre le pouvoir pro-américain. Cette guérilla, dirigée par le FNL (Front national de Libération), était appuyée par le Vietnam du Nord. On appelait en Occident ces guerilleros les Vietcongs.

Les Etats-Unis s’engagèrent peu à peu dans cette guerre après 1960, et totalement en 1965-1973. Ils eurent là-bas 500 000 hommes, aux côtés des troupes du Sud-Vietnam. Ils bombardèrent lourdement les trois pays, car des guérillas communistes existaient aussi au Laos (Pathet Lao) et au Cambodge (les futurs Khmers rouges).Plus de bombes furent déversées alors sur l’Indochine qu’il n’en fut déversé sur l’Allemagne en 1939-1945.

La résistance du petit Vietnam Nord suscita beaucoup de sympathie dans le monde , alors que les Américains, Goliath surpuissant, étaient violemment critiqués.
Les Américains furent, comme les Français avant eux, usés militairement. Aux Etats-Unis même se déroulaient de puissantes manifestations contre l’engagement américain en Indochine. La crise morale et politique fut telle que Washington retira ses troupes en 1973, laissant face à face les forces communistes et les troupes du gouvernement de Saigon.

arrivée des khmers rouge à Pnom Penh le 17 avril 752) En 1975, toute l’Indochine ex-française devint communiste. Saigon, Phnom-Penh, Vientiane furent pris par les maquisards. Le Vietnam du Sud fut annexé au Nord et communisé sans ménagement, Saigon fut rebaptisé Ho-Chi-Minhville.  Le Laos devint communiste. Au Cambodge, les Khmers Rouges vidèrent la capitale, et massacrèrent, pendant les quatre ans de leur régime (1975-1979), 1,7 million de leurs compatriotes, 20 % de la population , au nom de la pureté idéologique. Leur folie fut telle que les communistes vietnamiens intervinrent en 1979 pour les renverser.

 

3) Les Boat People

camp de transit

 

La victoire communiste de 1975 entraîna pendant une dizaine d’années l’exode, par mer ou par terre, de centaines de milliers d’Indochinois vers des camps de réfugiés situés dans les pays voisins (Thaïlande, Malaisie…). 1,5 million de Vietnamiens ont fui vers l’Amérique du Nord , à cause des liens noués pendant la guerre, l’Europe (notamment la France, à cause des liens noués durant la période coloniale), l’Australie (à cause de la relative proximité géographique).
On pense que 300 000 fuyards par bateau (les « boat people ») ont péri en mer.


boat people vietnamien

 

4) Des Etats toujours communistes

Le Vietnam fait partie en 2009 avec la Chine, la Corée du Nord et Cuba, des Etats restés communistes (interdiction de tout parti autre que le parti communiste). Le Laos est lui aussi, officiellement, une république communiste. Le Cambodge est en principe une monarchie parlementaire, avec multipartisme et élections, mais l'ex-parti communiste se maintient au pouvoir.
Les trois pays ont adopté comme la Chine "l'économie socialiste de marché", c'est-à-dire le capitalisme. Au Vietnam, la parti communiste, tout réprimant toute opposition politique, a ouvert les frontières aux émigrés et à leurs capitaux.

5) Les indochinois en France et à Besançon

au niveau national, les Cambodgiens de France sont quelques dizaines de milliers.

Les Hmongs du Haut-Laos, minorité montagnarde (aussi appelés Méos, ou Miaos, terme péjoratif), ont fui surtout vers les Etats-Unis (voir le film « Gran Torino » de Clint Eastwood). Ils sont peut_être 10 000 en France (dont la Guyane).
Les Vietnamiens sont les plus nombreux : 150 à 200 000, dont environ un tiers sont catholiques.
A Besançon, vers 1995, le père Gilles, très actif dans l’accueil des immigrés indochinois, évaluait le nombre des Vietnamiens à 600, celui des Cambodgiens à 500, celui des Laos à 200, et celui des Hmongs au même chiffre.

 

Partager cette page :
  • Indochine

    Les Français ont appelé « Indochine française » trois pays qu’ils ont conquis entre 1858 et 1893 : le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

  • Sud Est Asiatique : l'association franc-comtoise d'aide aux réfugiés

    Dès 1975, avec la fin de la guerre du Vietnam et les exactions des Khmers rouges, commence l'arrivée massive de réfugiés , les "boat people".

  • Fuir le Cambodge des Khmers rouges

    M. Kimlay est arrivé à Besançon en provenance du Cambodge en 1981. Médecin dans son pays d'origine, il se retrouve infirmier en France.

  • Sans art, la vie est morte

    D'apparence frêle, ses petits yeux noirs pétillants disent que, au contraire, elle a une force très ancrée, naturelle. Elle fait penser à une rivière longue et étroite qui irrigue la terre, les cailloux et tout ce qui est sur son passage. Sans effort et sans contrainte. Simplement. Comme dans ses photos. Et, mine de rien, on se sent irrigué à son tour d'une évidence : vivre la vie qui nous est donnée.

  • Alexis quitte Vientiane (Laos) à douze ans

    D-jai thii hû káp jâo ! « Ravi de vous rencontrer » en lao.

  • Sud est asiatique : l’accueil des réfugiés (1977)

    "Les premiers réfugiés que j’ai fait venir c’est en octobre 1977. J’avais été au camp de réfugiés Aranyaprathet, à la frontière thaïlandaise."

  • Cambodge : témoignage du père Gilles sur les assassinats de Khmers

    Tous ceux qui ne sont pas mort de faim ou de maladies, ont été tués parce qu’ils étaient des intellectuels

  • Retour aux sources

    Nguyêt Anh naquit et grandit à Hanoï, en Indochine française. Mais en 1951, alors que la pression du Vietminh rend l’avenir du Tonkin incertain, ses parents l’envoient poursuivre sa scolarité à Dalat, sur les Hauts-Plateaux du Sud-Vietnam.