Note historique : L'indochine ex-française - Références

Sommaire

REFERENCES

LIVRES
* Pierre Brocheux et Daniel Hemery, « Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954 », La Découverte, 2004.

* Laurent Cesari, « L’Indochine en guerres, 1945-1993 », Belin Sup Prépa, 1995, 320 pages.

* Jacques Dalloz, « La Guerre d’Indochine, 1945-1954 », Le Seuil, Points-Histoire, 1987, 314 pages.

* Neil Shehan, « L’Innocence perdue », Le Seuil, 1990, 659 pages. Sur la guerre américaine.

* Ben Kiernan, « Le Génocide du Cambodge,1975-1979. Race, idéologie et pouvoir », Gallimard , 1998, 736 pages.

* Hugues Tertrais, « Atlas des Guerres d’Indochine (1940-1990) », éditions Autrement, 2004, 64 pages.

* Duong Thu Huong, « Œuvres », collection Bouquins, Robert Laffont, 2008 (4 romans : « Au-delà des Illusions », « Les Paradis aveugles », « Roman sans titre », « La Terre des Oublis »).
La dernière œuvre de cette romancière vietnamienne (ancienne résistante, mais exclue du PC et vivant malgré elle en France) est « Au Zénith » (éditions Sabine Wespieser, 2009, 786 pages).

* père Claude Gilles, « Franche-Comté, terre d’accueil : Cambodgiens, Laotiens, Hmongs, Vietnamiens », L’Harmattan, 2000, 334 pages.

* id., « Cambodgiens, Laotiens, Vietnamiens de France : regard sur leur intégration », L’Harmattan, 2004, 140 pages.

* id., « L’intégration des réfugiés cambodgiens, laotiens et vietnamiens en Franche-Comté depuis 25 ans », Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 2003, n° 45.

FILMS

1) sur l’époque française et la guerre d’Indochine.

* « L’Amant », de Jean-Jacques Annaud, 1992.

* « Indochine », de Régis Wargnier, 1992. Une fresque sur l’histoire du Vietnam entre la fin de l’époque coloniale et les années 60.

* « La 317ème section », de Pierre Schoendorffer, 1965.

* « Dien Bien Phu », du même réalisateur, 1992.

* « Mort en Fraude », de Marcel Camus, 1957.

2) Sur la guerre américaine

L’article de Wikipedia « Film sur la guerre du Vietnam » cite 32 œuvres. Rappelons seulement « Platoon » d’Oliver Stone, « Good Morning Vietnam » de Barry Levinson, « Voyage au bout de l’Enfer » de Michaël Cimino, « Full Metal Jacket » de Stanley Kubrick.

3) Sur le génocide khmer rouge
Roland Joffé, « La Déchirure », 1985.

4) Les cinémas d’Indochine étant stérilisés par les censures d’Etat, aucun film notable ne peut être cité.

DOCUMENTAIRES HISTORIQUES

* « Vietnam, la 1ère Guerre », deux émissions de 52 minutes de Danièle Rousselier, Antenne 2 , éditions Harmattan, 1998.

* « La Guerre du Vietnam. Images inconnues », trois émissions de 52 minutes, de Daniel Costelle, Editions Montparnasse, 2005.

* «S-21, la machine de mort khmère rouge », de Rithy Panh, 2002.

BANDES DESSINEES

* Franck Giroud et Christian Lax, « Les Oubliés d’Annam » (éditions Dupuis, 2 tomes 1990 et 1991 ou édition intégrale 2000).

* Patrick Jusseaume, Jean-Charles Kraehn et Serge Le Tendre, « Mission Vietnam », Glénat, 2003.

* Noël Tuot et Daniel Casanave, « Dien Bien Phu », éditions Les Rêveurs, 2005.

* Akira Fukaya et Aki Ra « Enfant-soldat », Delcourt, 2009. Un manga sur le Cambodge des Khmers rouges.

* Séra a réalisé deux albums sur le Cambodge des années 70 : « Impasse et Rouge » (Rackham 1995, réédition Albin Michel 2003) et « L’Eau et la Terre » (Delcourt 2005).

Partager cette page :
  • Indochine

    Les Français ont appelé « Indochine française » trois pays qu’ils ont conquis entre 1858 et 1893 : le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

  • Du Vietnam à Besançon

    Une histoire qui commence au Vietnam. Le pays des ravages politiques, économiques et humains. La terre natale de M. Dinh, originaire de Ho Chi Minh, où il vit jusqu’à ses 21 ans. En désaccord avec la réalité qui l’entoure et dans la recherche d’une vie meilleure, il fuit son pays en 1987 s’accrochant aux planches d’un bateau, tout comme environ trois millions de personnes entre 1975 et 1997, nommées « Boat-people ». Comme une feuille qui se détache de son arbre, soulevée par le vent, sans savoir où elle atterrira, il se retrouve tout d’abord en Singapour, ensuite, en Amérique :

  • Cambodge : témoignage du père Gilles sur les assassinats de Khmers

    Tous ceux qui ne sont pas mort de faim ou de maladies, ont été tués parce qu’ils étaient des intellectuels

  • M. Ly est un Hmong, réfugié politique, venu du Laos

    J'étais de nationalité laotienne, d'ethnie hmong (« Hmong » veut dire « homme libre ») avant d'arriver en France et d'obtenir la nationalité française. Je suis venu et j'ai été accepté comme réfugié politique.

  • Alexis quitte Vientiane (Laos) à douze ans

    D-jai thii hû káp jâo ! « Ravi de vous rencontrer » en lao.

  • Sans art, la vie est morte

    D'apparence frêle, ses petits yeux noirs pétillants disent que, au contraire, elle a une force très ancrée, naturelle. Elle fait penser à une rivière longue et étroite qui irrigue la terre, les cailloux et tout ce qui est sur son passage. Sans effort et sans contrainte. Simplement. Comme dans ses photos. Et, mine de rien, on se sent irrigué à son tour d'une évidence : vivre la vie qui nous est donnée.

  • Cambodge : les camps de Thaïlande

    J’ai visité les mouroirs de sœur Teresa à Calcutta. Mais c’est un paradis les mouroirs de sœur Teresa par rapport aux camps de réfugiés !

  • L'AFCAR

    L'association Franc-comtoise d'assistance aux réfugiés, l'AFCAR. «L'AFCAR» s'est créée dans les années 1980, à Besançon .