Eveil aux langues : école maternelle Boullôche

Etre bilingue ou plurilingue, connaitre une ou plusieurs langues en plus de sa langue maternelle, à l’heure actuelle constitue un atout. Entendre d’autres sonorités, façons de parler, d’être et de vivre dés la maternelle peut en être un aussi.

L’éveil aux langues ce n’est pas l’enseignement d’une langue particulière, c’est une découverte visant à favoriser l’ouverture à la diversité linguistique, et aussi permettre de créer une passerelle entre l’école et les parents des élèves de différentes origines.
Dans un sens plus large on peut dire que l’objectif général est de préparer les élèves à vivre dans une société linguistiquement et culturellement diverse.

dessins

C’est pour cela que le Site Migrations à Besançon intervient depuis quelques années dans les écoles, ce qui permet aussi de sensibiliser les enseignants et les parents d’élèves à l’importance de valoriser cette diversité linguistique.
C’est donc dans ce cadre que je suis intervenue à l’école maternelle Boullôche à Planoise auprès d’enfants de moyenne et grande sections de la classe de Mme Brigitte Bouvier.
J’avais en effet proposé un projet consistant en quelques comptines, et une histoire dans ma langue d’origine, à la directrice et l’enseignante, qui étaient ravies d’explorer concrètement la diversité des cultures et des langues qui existent naturellement dans leurs classes. En effet rien que parmi les élèves de la classe on peut recenser des familles d’origine : turque, soudanaise, magrébine, slave….
J’ai d’abord expliqué aux élèves le déroulement de la matinée, écouter un conte « l’enfant aux grandes oreilles » et une comptine « Berceuse » en arabe. Avec la maitresse on leur a demandé d’écouter jusqu'à la fin de l’histoire et de nous dire après ce qu’ils ont pu comprendre ou mémoriser facilement ; Au début ils étaient intimidés. Comme c’est une classe composée d’élèves de plusieurs origines, la langue proposée dans l’activité était inconnue pour certains, et pour d’autre ça a été un « déclencheur » ils se sont sentis autorisés à évoquer leur langue maternelle, certains chantant la comptine avec moi.
Lorsque je suis partie la maitresse leur a proposé de traduire en dessins ce qu’ils avaient entendu.

Dessins

Après discussion avec les enseignantes et les parents d’élèves élus nous sommes tous d’accord que c’est une expérience à renouveler, poursuivre et élargir à d’autres langues et d’autres classes l’année prochaine.

Amal Dahmani

Partager cette page :