Les tribulations d'un Djiboutien, de Roissy à Besac

Je viens de la République de Djibouti. Un pays si petit qu'il vaudrait mieux le comparer à une province plutôt qu'à la République française. Petit mais chaleureux.

Les études chez moi ne vont pas plus haut que la licence, c'est pourquoi, une fois celle-ci acquise, j'ai dû quitter ma terre natale pour poursuivre mon second cycle en France, à Besançon.

En dépit des quelques excursions précédentes, c'était la première fois que je partais aussi loin de chez moi pour une si longue durée. Pour les étudiants dans le même cas que moi, le mal du pays et la nostalgie sont les premières difficultés. Quitter son pays c'est comme être arraché, déraciné et projeté dans un nouveau monde, infiniment plus grand et différent.

Pour commencer, l'aéroport Charles-de-Gaulle est certainement deux fois plus vaste que le département où j'ai grandi. S'orienter avec pour seul guide cette constellation de flèches, de panneaux et d'écrans n'est pas une mince affaire. Ce n'est qu'une fois sorti de ce labyrinthe et assis dans le TGV en partance pour Besançon que j'ai commencé à souffler. Mais le repos fut de courte durée, car une fois arrivé à Besançon, un nouveau combat m'attendait. Cette fois, il s'agissait du combat contre l'adversaire le plus rude et le plus craint des étudiants étrangers : les paperasses administratives. Et moi qui pensais avoir définitivement réglé toute obligation administrative à l'ambassade de France à Djibouti. Je me trompais.

Survint alors un florilège de papiers à chercher, à dresser, à faire signer, à photocopier et à faxer pour régulariser ma situation à la préfecture. Cette étape est longue, épuisante et fastidieuse. Mais ce n'est pas tout car en parallèle il me fallait faire une démarche non différente auprès de la Division des Etudiants Etrangers du CROUS, cette fois-ci pour avoir un logement... Et tout ça, sans oublier d'assister aux cours magistraux pour lesquels j'ai quand même parcouru des milliers de kilomètres. C'est assurément une période difficile pour les étudiants étrangers. J'aurais aimé que les choses se passent de manière plus simple et plus accueillante.

Passée cette période tumultueuse, j'ai enfin eu le temps de m'arrêter et d'observer le monde autour de moi. Les paysages changent de couleurs au gré des mois. Le voile ocre de l'automne cède sa place au manteau blanc de l'hiver. Pour moi qui n'ai connu que l'écrasante chaleur du soleil et les tempêtes de sables, c'était un spectacle d'une extrême beauté qui, à lui seul, suffit à me faire oublier la tourmente de mes débuts à Besançon.

L'année scolaire s'est écoulée si vite. Elle a été pour moi riche en relations humaines, en événements et en émotions. J'y ai vécu et découvert tant de choses que je n'aurais jamais eu la chance de découvrir en restant dans ma contrée... Pour mes vacances d'été j'ai eu la chance de pouvoir rentrer chez moi. Avant de partir, j'ai ressenti une étrange amertume, mais cette fois ci, c'était parce que je quittais cette terre d'accueil qu'a été pour moi Besançon.

Partager cette page :
  • Qu'est-ce que la convention de Schengen

    La Convention de Schengen (du nom du village luxembourgeois où elle a été signée en 1985) a permis la création d'un espace, composé par les territoires des États signataires, à l'intérieur duquel est possible la libre circulation.

  • Qu'est-ce qu'un étranger ?

    Dans un monde marqué par les migrations, le terme d'« étranger » doit être défini précisément afin d'éviter toute incompréhension ou tout amalgame.

  • Qu’est-ce qu’un immigré ?

    D’une certaine façon, il est extrêmement simple de définir ce terme : un immigré est un migrant (personne se déplaçant d’un pays à l’autre pour tenter de s’y établir) considéré du point de vue du pays d’accueil, dans lequel il entre, donc dans lequel il immigre.

  • Pach Jahwara, musicien

    Pach est auteur, compositeur, interprète dans un groupe de Roots Afro Reggae. Pach, c’est un nom de scène.

  • Les Etudiants étrangers à Besançon en 1975 et 1982

    D'après les service du CROUS, ces étudiants viennent à peu près tous de l'extérieur et n'appartiennent pas à des familles établies en France.

  • Mon Afrique, mes traces...

    Ces maux en moi qui ne veulent plus partir... ces maux qui sont nés avec moi et qui restent en moi... Comment arriver à les faire disparaitre...

  • Quand je suis en Italie...

    Quand je suis en Italie, j’ai l’impression de trahir la France, et quand je quitte l’Italie j’ai un pincement au coeur.

  • Regard d'un étudiant Centrafricain sur la France

    Comme son nom l'indique, la République Centrafricaine se situe au coeur du continent africain. Ancienne colonie française, indépendante depuis le premier décembre 1958, on entend très peu parler de ce pays dans les médias français.

  • Être étudiant étranger à Besançon en 2008

    Je viens d’un pays d’Afrique et après avoir obtenu mon Bac, comme beaucoup d’autres confrères africains, j’ai eu l’honneur de venir continuer mon cursus universitaire ici à Besançon.

  • Mon pays s'appelait Zaïre

    Je suis Congolaise. Quand je suis venue en France en 2000 le pays s‘appelait encore le Zaïre. Le pays a changé de nom lors du changement de régime en 1997, il est redevenu Congo.