Pach Jahwara, musicien

Pach est auteur, compositeur, interprète dans un groupe de Roots Afro Reggae. Pach, c’est un nom de scène.

Cpach jahwarae sobriquet, il en a hérité à l’âge de six ans, du nom d’un musicien dominicain Johnny Pacheco. Il faut dire que la musique, il connaît, Mamadou Mokthar Jahwara. Très jeune, il joue de la flûte puis des percussions, de la guitare, de la batterie. Le chant viendra un peu plus tard. Né à Kaye au Mali, il passe son adolescence à Bamako. Il décide de venir en France pour faire ses études de psychologie à l’âge de dix-sept ans. Son arrivée est mémorable. Le choc culturel prend ici tout son sens. Plus l’avion se rapproche de Paris, plus il ressent sa couleur de peau dans le regard des autres. Ajoutez à ce constat celui d’une société hyperactive qui l’attend de course ferme. Il y a de quoi être déboussolé. Pach ne perd pas le nord pour autant, il fait de longues études mais ne poursuivra pas dans cette voie. Plutôt dans celle, parallèle, qui lui permettait de payer ses études : la musique. Un choix naturel conforté par les difficultés rencontrées pour trouver un emploi dans une société discriminante. Depuis, ses racines ont poussé. Ce Bisontin a multiplié les concerts ici, là-bas. Il est également devenu producteur. Souvenirs de son arrivée en France le tout en musique, rencontre...

 

La musique dans la peau
Extraits d'un reportage réalisé par Aurélien Bertini (janvier 2009)

Pach nous explique le pourquoi de sa migration vers Besançon à l’âge de dix-sept ans. Ayant la mémoire vive, il revient sur le voyage en avion qui l’a conduit du Mali en France. Il se souvient des sentiments qui l’ont assailli au fur et à mesure qu’il se rapprochait de la France et de ce qu’on peut appeler un premier choc culturel une fois le pied posé sur le sol français.

La musique et Pach : c’est au Mali bien sûr que cette relation commence. Le club orchestre de la Bouloie à Besançon lui permettra de poursuivre sa quête musicale qui l’emmènera jusqu’au reggae. La musique lui permet de payer ses études, et d’en vivre finalement car Pach ne deviendra pas psychologue. Malgré de longues études, son avenir professionnel sera musical… Il fera partie rapidement du paysage culturel bisontin.

Ses textes concernent les minorités, l’Afrique, un continent dont l’image est galvaudée. Une méconnaissance qui amène souvent au déni de son rôle dans l’histoire.

Regards croisés sur le Mali et la France sur fond d’immigration africaine. Pach se pose en véritable nuanceur des propos des uns et des autres sur les uns et les autres, lorsqu’il est au Mali ou en France. Un médiateur migrant.

Le sens qu’il donne au mot culture.

Producteur et musicien, il peut concevoir ses œuvres comme il l’entend. Nous terminons cet entretien par ses projets et l’origine de son surnom.

Pour en savoir plus: www.pachnawari.com

Partager cette page :
  • Henri Dikongué, auteur compositeur

    Lorsque Henri Dikongué apparut sur la scène musicale en 1995, il fut célébré par tous comme un auteur-compositeur d´une rare finesse

  • Mon père était harki

    Je m'appelle Nora Dahmane et je suis fille de harki . L’intégration a été difficile. Nous, les harkis, on ne nous aime pas parce qu’on nous dit qu’on est des traîtres.

  • Choisir entre deux pays : hésitation ou déchirement ?

    Le site migrations incite les élèves de 4e du collège Diderot à écrire leur histoire

  • Témoignage d'une étudiante guinéenne sur le choix des filières d'étude

    Sans bourse, sans aide des parents, l'étudiant doit trouver le moyen de se loger et de vivre, donc de travailler tout en continuant ses études.

  • Le poids du silence

    La vie est une longue suite de transmissions, un passage de flambeau qui perdure depuis la nuit des temps. Aucune filiation n’est exempte de difficulté et de moments douloureux, mais l’absence de parole sur des événements traumatiques (dont la migration) peut provoquer de graves dommages.

  • Mon pays d'origine: la France ? l'Algérie ?

    Curieux destin que le mien. Je suis née en France. Mon enfance était celle de toutes les petites filles. Puis un jour de mes neuf ans sans que je n’y comprenne rien -mes soeurs non plus d’ailleurs-, on a pris le train et le bateau. On partait pour l’Algérie en laissant tout derrière nous.

  • Le Nigeria et la France, deux drapeaux, ensemble !

    M. Okorocha est né en 1975 à Lagos, au Nigeria. Il appartient au peuple Igbo, l’un de ceux qui constitue la population de ce pays (avec, notamment, les Haoussas et les Yorubas).