Entre deux aéroports

Je ne pense ni à mes parents, ni à ce pays que je viens de quitter, tout est confus, je ne comprends pas vraiment la raison de notre départ. Seule une image est claire : La France !

Le pays où il y a tout ce qu’il n’y a pas en Algérie ! J’allais enfin découvrir ce paradis, plus populaire que celui que Dieu offre aux fidèles…
[...]
Depuis, quelques années se sont écoulées. Et pendant tout ce temps, je ne savais pas si j’avais réellement compris les raisons de notre départ. J’avais du mal à imaginer pourquoi un être qui a un pays éprouve le besoin de vivre dans un autre pays où il va devoir tout recommencer. Deux raisons étaient possibles. La politique ou la pauvreté. La pauvreté, ce n’était pas notre cas. La politique ? Sûrement. Je n’osais pas demander à mes parents de me raconter leur histoire, notre histoire. J’en avais fait, inconsciemment, un sujet tabou. Les questions se bousculaient dans ma tête… Suis-je toujours algérienne ? Je ne le savais pas vraiment. Après tout, un vrai Algérien, c’est celui qui évolue en Algérie et pas ailleurs ! Décidément les questions existentielles ne sont pas pour moi !
[...]
Ce lundi 22 avril a été pour moi un jour de découvertes. J’ai découvert ce que pouvaient ressentir les jeunes Français d’origine maghrébine à qui l’on rappelle constamment qu’ils ne sont français que sur les papiers.
[...]
L’avion est plein à craquer.
Je suis impatiente d’arriver. Il doit faire chaud. Une chaleur collante, étouffante. Mes vacances, depuis quelques années sont liées à l’Algérie, à ma famille. Je suis heureuse de revenir, de revoir mon pays. C’est une sensation unique. Le contact avec le sol algérien me donne des frissons. L’avion atterrit, les passagers s’impatientent, les portes s’ouvrent, un vent violent, chaud envahit l’avion. Voilà, j’y suis ! Mon bonheur est tel qu’il est impossible de me contrarier. Le manque d’organisation, les bousculades ne sont que facteurs de plaisirs. Oui, je suis en Algérie, dans mon pays. Ici, je ne laisserais personne me dire que je ne suis pas chez moi…
[...]

Amel

Partager cette page :
  • Mon père était harki

    Je m'appelle Nora Dahmane et je suis fille de harki . L’intégration a été difficile. Nous, les harkis, on ne nous aime pas parce qu’on nous dit qu’on est des traîtres.

  • Cœur sans soucis...

    Je suis né à Beauvais dans l’Oise le 19 mars 1959. De père algérien et de mère algérienne, natifs tous les deux de Biskra dans les Aurès où ils se sont mariés en 1955.

  • Mon pays d'origine: la France ? l'Algérie ?

    Curieux destin que le mien. Je suis née en France. Mon enfance était celle de toutes les petites filles. Puis un jour de mes neuf ans sans que je n’y comprenne rien -mes soeurs non plus d’ailleurs-, on a pris le train et le bateau. On partait pour l’Algérie en laissant tout derrière nous.

  • Le poids du silence

    La vie est une longue suite de transmissions, un passage de flambeau qui perdure depuis la nuit des temps. Aucune filiation n’est exempte de difficulté et de moments douloureux, mais l’absence de parole sur des événements traumatiques (dont la migration) peut provoquer de graves dommages.

  • Habib Benhamiba, poète-chansonnier-slameur

    Une démarche artistique et un phrasé à part. Mais un homme à parts entières qui évolue sans cesse dans l’univers des mots, leur rythme, leur sens.

  • Rafika, deux cultures, "une forme d'entente"

    Rafika Hakkar est une chanteuse née à Besançon. Elle a passé son enfance dans ce qu'on a appelé les baraquements, avant que ne soit construite, vers 1968, la cité des Founottes.

  • Mes souvenirs sont des pigments liquides

    Accoudée au zinc du bar de l’université, une beauté kabyle avale un verre de bière. Nous avons, elle et moi, un point commun.