Entretien avec Douta Seck – Maison des Sports et de l’Insertion de Planoise

Sommaire

Douta Seck est un personnage fort apprécié et respecté dans le monde du handball franc-comtois. Directeur adjoint de la Maison des Sports et de l’Insertion, il est très connu à Planoise.

Douta Seck plaide pour une ouverture des jeunes des quartiers vers les autres jeunes, les autres quartiers, et ne limite pas son activité éducative à Planoise. Il nous livre ici ses réflexions sur l’intégration des jeunes par le sport – par les sports.

 

 

Depuis 1995, je travaille à « Profession Sport », et depuis 2001 je suis directeur adjoint de la Maison des Sports et de l’Insertion, la MSI, qui se trouve à Planoise. Je suis titulaire d’un brevet d’État deuxième degré. Auparavant, j’ai d’abord été un sportif de haut niveau ; j’étais handballeur.


La Maison des Sports et de l’Insertion de Planoise
Maison des sports et de l'insertionIci, nous sommes une antenne de Profession Sport 25, dont la maison mère se trouve aux Tilleroyes ; nous travaillons à tout ce qui est éducation par le sport. Nous touchons un public jeune, de 6 à 15 ans, réparti sur trois catégories d’âges : 6-8 ans, 9-11 ans, et 12-15 ans. Les activités que nous proposons sont des activités ludiques à base de sports, pour essayer de faire passer des messages.
La MSI est ouverte à tout le monde, mais à 95 % nous avons des enfants de Planoise. Ils viennent d’ailleurs à pied. Nous avons parfois des enfants de Chemaudin, ou des parents qui téléphonent du centre-ville. Souvent, ils ne donnent pas suite parce que, tout simplement, ils sont confrontés à un problème de transport : pour ceux qui n’habitent pas Planoise, c’est une contrainte que de devoir les amener le matin, venir les rechercher l’après-midi… Nous proposons aux parents qu’ils accompagnent leur enfant jusqu’au lieu de son activité. Il est vrai que c’est plus facile de faire du foot, du basket, du hand, car le gamin se déplace en général tout seul. Pour l’escalade, cela se passe à l’extérieur, et si l’on n’est pas véhiculé, il y a des contraintes. Mais le centre est ouvert à tout le monde, tout le monde a le droit d’y venir !
Nos activités se déroulent pour l’essentiel sur Planoise, mais nous sommes partenaires avec les autres quartiers : quand ils organisent des tournois, ils nous invitent, et nous aussi nous ouvrons nos structures. Il nous arrive de déplacer un groupe, aux 408 ou à Clairs-Soleils par exemple. Il y a des tournois entre quartiers. Nous sommes en lien avec le collège Diderot, avec tous les acteurs du quartier. Il nous arrive de mettre à disposition nos salles pour les collégiens de Diderot.
Souvent, le problème que nous rencontrons est que nous recevons les jeunes sur un temps minimum, comme les vacances scolaires. Nous effectuons un travail sur une dizaine de jours, pendant les vacances de Pâques par exemple, mais après, durant tout mai et juin, nous ne les voyons pas, et nous ne recommençons que début juillet et jusqu’en août.
Le problème est peut-être d’évaluer ce travail-là. C’est pourquoi nous sommes en partenariat avec les familles, avec les associations et les établissements scolaires. Ce sont les trois pôles d’intégration : école, famille et associations comme la nôtre. Ces partenariats permettent qu’il y ait une continuité par rapport aux pratiques. Il est vrai aussi qu’à partir de 15-16 ans, nous ne voyons plus les jeunes. À partir de la là, ce sont d’autres projets qui les intéressent, et pas ce que nous proposons. Ils sont adolescents, et ils sont plus tournés vers les grandes sorties…
Au niveau des partenariats, nous proposons des manifestations comme Tremplin Foot, tous les mercredis, ou des sorties à Sochaux pour que les jeunes voient des matchs de foot et visitent le centre de formation. Nous avons aussi une offre variée au niveau des sports. Nous avons ainsi encadré des groupes pour des sessions de tir à la carabine laser, tir à l’arc, canoë, VTT, course d’orientation en VTT, athlétisme, et bien sûr les sports collectifs (football, handball et basket). Chaque jour, il y a donc des activités sportives variées avec un but éducatif derrière.

Partager cette page :
  • Qu’est ce que la discrimination ?

    Selon la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité), « une discrimination est une inégalité de traitement fondée sur un critère prohibé par la loi, comme l’origine, le sexe, le handicap, etc., dans un domaine visé par la loi, comme l’emploi, le logement, l’éducation, etc. »

  • Les harkis en quelques lignes

    La guerre d’Algérie a opposé entre 1954 et 1962 l’armée française et des dizaines de milliers d’Algériens musulmans à d’autres Algériens musulmans nationalistes membres du FLN.