Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

Sommaire

Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

 

L’installation


Je suis venu en France en 1957 comme militaire dans l’armée française. Après en 1967, quand  je suis parti en retraite,  j’ai choisi de rester en France. Le 12 déembre 1957, je suis arrivé à Dijon. De Dijon, j’ai eu une affectation à Auxerre. Le 1er janvier 1965, je suis venu à Besançon.

Quand en 1967 on a rempli les papiers, il fallait choisir. On m’a dit : « C’est vous qui choisissez : tu veux aller au Maroc ou tu restes ici ? » Moi j’ai demandé à rester en France. Il a rempli les papiers qu’il a envoyés au Maroc. Il m’a donné un bon et m’a emmené à la gare. Tu parles! J’ai demandé à quelqu’un de la police qui traînait à la gare : « S’il vous plaît, c’est ça quoi ça ? ». Il m’a dit : « Moi je ne comprends pas :  Vous retournez en même temps au Maroc. » Je suis allé voir au poste de police pour rentrer. Ils se sont énervés, ils ne voulaient pas me laisser rentrer : « Le commandant de compagnie t’a envoyé au Maroc, vous allez au Maroc. » J’ai dit : « Merci beaucoup et au revoir. »
Alors j’ai fait demi-tour derrière la caserne, je suis rentré directement à la cuisine, j’ai ouvert la porte, suis monté dans le bâtiment et j’ai dormi. C’est après deux semaines qu’ils ont contrôlé. Alors c’est le service de la compagnie qui a dit : « Monsieur Z., l’autre qu’on a envoyé au Maroc, il est là et il a dormi dans le bâtiment. »
Le chef de compagnie est allé voir directement le commandant de la compagnie, le chef de bataillon, il a dit : « Voilà, Monsieur Z., il dort là, il ne veut pas rentrer au Maroc. »
Ils m’ont appelé pour me dire d’aller chez le commandant de compagnie. Il m’a demandé : « Pourquoi tu ne vas pas chez toi ? »
Moi j’ai répondu : « Moi je comprends pas, le papier là que vous avez rempli : il dit au Maroc ou en France. Moi je reste en France. » J’ai donné le papier, il l’a déchiré et moi j’ai redormi. Je suis resté trois jours. Ils m’ont donné la carte de séjour, la carte de travail et j’ai commencé à travailler chez Rosemont, c’est une boucherie charcuterie.

Partager cette page :
  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Qu’est-ce que l’insertion ?

    L’insertion se joue au niveau social. On parle d’insertion lorsqu’un groupe minoritaire entre dans une société. L’insertion désigne ce processus, et elle s’oppose donc à l’exclusion, qui est le processus inverse, de rejet à la marge de groupes ou d’individus minoritaires.

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,

  • On a survécu comme on pouvait

    Je suis né en 1932 en Toscane à Massa Centro, une ville située à 7 km des fameuses carrières de marbre de Carrara près de Pise.

  • Si tu travailles, demi-tour au Maroc

    Madame Z. arrive à Besançon en 1974 pour rejoindre son mari qui travaillait en France depuis 1957. Entretien avec M. et Mme Z et leur fille :

  • Si tu me lâches, je suis perdue, je ne sais même pas comment rentrer

    Yamina m’accueille avec douceur et réserve. Peu à peu, la distance se dissout, nous nous rencontrons.
    Au Maroc, elle avait 5 frères et 3 sœurs. Elles est arrivée en France en 1979, en août.

  • Immigration et travail à Besançon (depuis 1945)

    Depuis la 1° Guerre mondiale, événement fondateur sur cette question, et jusqu’aux années 70, l’appel à la main d‘oeuvre étrangère a été une constante de l’économie française. Besançon n’échappe pas à la règle.

  • Tours Amitié, 1968, cité de transit

    Le quartier de l’Amitié était à l’origine une « cité de transit ». Les trois tours qui le composent, construites à la fin des années 1960, début 1970, appartiennent à l’Office Public d’HLM.

  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.