Algérie : les Harkis à Besançon

Rappel de faits historiques sur le nombre d’hommes engagés par l’armée française entre 1954 et 1962 sous l’appellation Harkis

Un rapport transmis à l’ONU le 19 mars 1962 par le Colonel de Saint-Salvy,  fait état de 260 000 hommes, tous appelés communément sous le nom de Harkis qu’ils soient militaires engagés ou supplétifs de l’armée française.

Les statistiques concernant le rapatriement des Harkis entre juin 1962 et la fin de l’année 1963 font état d’environ 65 000 hommes rapatriés avec leurs  familles. Les femmes et les enfants ne sont pas comptabilisés dans ce chiffre. Plus de 160 000 Harkis ont été abandonnés en Algérie en 1962.  Ainsi, de 1964 à 1966, des Harkis continuent de se réfugier en France à titre individuel et par leurs propres moyens. En ce qui concerne l’implantation de la population des rapatriés Harkis dans le département du Doubs, selon une étude et enquête sociologique sur la répartition de la population Harki par département de Saliha Abdellatif (dans Hommes et Migrations : les Harkis et leurs enfants n°1135, septembre 1990, p. 40), en 1966 : 488 familles de Harkis sont comptabilisées sur tout le département du Doubs dont plus de la moitié dans l’agglomération de la ville de Besançon.

Un nouveau recensement effectué en 1986 à la demande de  l’association nationale F.N.R.F.C.I. (Front National des Rapatriés Français à Confession Islamique) présidée à l’époque par Monsieur Doudou Rabah pour la section du Département du Doubs, faisait état de 428 familles dont 2/3 dans l’agglomération de Besançon et 1/3 dans l’agglomération de Montbéliard, représentant avec leurs enfants environ 3 000 personnes.

L’implantation  des familles Harkis à partir de 1962 s’est faite à Besançon dans les bâtiments  au chemin des Montarmots, dans les bâtiments des rapatriés rue de Vesoul – Saint-Claude, Montrapon, Orchamps, Palente, et dans le Doubs,  dans les préfabriqués de Franois, de Saône et du camp militaire du Valdahon.

Extrait de "les Nord-Africains à Besançon", éd Ville de Besançon juin 2007

Partager cette page :
  • Les harkis en quelques lignes

    La guerre d’Algérie a opposé entre 1954 et 1962 l’armée française et des dizaines de milliers d’Algériens musulmans à d’autres Algériens musulmans nationalistes membres du FLN.