Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

Sommaire

Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.

 

Un combattant
M. Hakkar a combattu les Allemands dans les rangs de l’armée française pendant la guerre 39- 45, puis il s’est battu aux coté des Algériens pour l’indépendance de son pays.
Prisonnier de guerre en 1940, évadé en 1941, il ne recevra aucune reconnaissance de l’État français malgré son engagement : il avait opté pour la nationalité algérienne à l’indépendance.

Son fils Farid témoigne (mars 2008) :
« Mon père ce héros... Né Français, mort Algérien, enterré dans son pays en  1991.
Mon père a combattu les Allemands en 39–45.  Il n’a pas choisi sa guerre, encore moins sa nationalité : on l’a enrôlé sans lui demander son avis.  Mais il a été fier jusqu'à sa mort d'être un combattant, même s’il n’a reçu ni reconnaissance de son mérite ni médaille... une pension de guerre ? Reste à vérifier.
La carte de séjour dans une poche et son passeport algérien dans l’autre faisaient de lui un homme libre de penser et de choisir, en 91, d’être enterré chez lui dans sa terre. »

Son petit fils Karim (mars 2008):
« Mon grand-père est un des premiers pour ne pas dire le premier Hakkar à être venu en France. Il a posé ses pieds sur le sol français, dans la ville de Béziers en 1932.
Mon grand-père a fait la guerre de 39-45, il était donc alors français ! Il a refusé ensuite la nationalité française pour préserver ses origines algériennes, ce qui lui a valu une misérable retraite !
De plus il s'est battu pour l'indépendance de l'Algérie dans les maquis algérien avec les moudjahidins.

Mon grand-père retournait régulièrement en Algérie depuis son arrivée en France. »


Partager cette page :
  • La Tunisie est son « pays d’enfant »

    Colette Sala ne sait pas ce que veut dire « être d’un pays » mais la Tunisie où elle est née est son « pays d’enfant », il ne lui appartient pas, elle n’en parle pas la langue et cependant elle se sent très émue et concernée par ce qui s’y passe politiquement…

  • Les Nord-Africains à Besançon après la Seconde guerre mondiale

    D’après Jean Carbonare, les premiers Algériens arrivés à Besançon étaient d’anciens soldats de l’armée de Libération qui, démobilisés en Alsace, s’étaient repliés vers le sud.

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,

  • 1952 : création de l'AATEM. Jean Carbonare

    Chaque jour, il croise des travailleurs d’origine algérienne. Il apprend qu'ils logent comme des rats, dans les casemates des anciennes fortifications de la ville

  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • Les casemates (1945-1956)

    Les premiers algériens venus travailler à Besançon après la guerre de 1945 ont logé dans ces fortifications rue d'Arène jusqu'à ce que la Municipalité les fasse murer en 1956 après la construction du foyer d'hébergement de la rue Clémenceau.

  • Anciens combattants étrangers au foyer Adoma de Besançon

    D'anciens combattants étrangers ont été hébergés à Besançon dans le foyer de la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs, la  Sonacotra, devenue, en 2007, l'Adoma.