Anciens combattants étrangers au foyer Adoma de Besançon - Témoignage de Régis MERMET, directeur du CADA/Adoma

Sommaire

 

Témoignage de Régis MERMET, directeur du CADA/Adoma, en novembre 2008

Chibani, qu’est ce que cela signifie ?
Chibani, c’est un mot qu’on utilise à Adoma, ça veut dire l’ancien, mais ça veut pas dire le vieux, ce n’est pas péjoratif, c’est plutôt respectueux. C’est l’ancien, celui qui a une histoire et qu’on respecte.

Voilà, c’est l’ancien travailleur migrant magrébins des « trente glorieuses ». Ce sont aussi  des anciens combattants (AC) : on a encore ici des anciens combattants qui ont fait l’Indochine et l’Algérie (ceux de 1944/45/46 nous ont tous quittés…).

Comme Baba,  qui a tenté de faire valoir ces droits d’AC en revenant en France en 1990 dans un contexte de blocage administratif injuste et discriminatoire.

En 2008, on a encore une petite demi-douzaine d’AC qui vivent à Adoma « Trépillot ».

Au niveau national, la perspective de percevoir l’ASPA et la revalorisation de la retraite du combattant a poussé bon nombre à demander la carte de résident de plein droit et à faire valoir leurs droits comme lors de la mise en place du RMI.

Entre 1960 et 1980, beaucoup sont revenus en France (d’autres ne sont jamais parti) parce qu’ils n’avaient plus suffisamment d’argent pour vivre au pays avec les pensions militaires.

Ils sont revenus comme travailleurs, lorsqu’ils le pouvaient et se sont ouverts ainsi des droits à la retraite civile comme salariés, ont fait venir leur famille, ont obtenu la nationalité française…
Ceux qui ne pouvaient plus travailler sont revenus avec leur pension militaire cristallisée  et la retraite du combattant  pour toucher le RMI dès 1988 ou le minimum vieillesse dès 1997.

C’est une question qui est toujours d’actualité, et qui pose un problème humain au regard des obligations administratives de résidence pour le maintien des droits retraite, logement, sécurité sociale.

Ils sont contraints d’avoir une résidence en France, une adresse pour maintenir leurs droits et percevoir des ressources pour faire vivre les familles restées au pays qui n’ont pas vocation à les rejoindre.
La vie loin de la famille pour ces personnes âgées est un problème pour les AC mais également pour les anciens travailleurs migrants même si les réseaux de solidarité sont importants dans les communautés et au sein des Foyers.

Les  anciens travailleurs sont néanmoins plus habitués à cette vie entre deux pays, alors que les AC qui sont revenus récemment sont presque des primo-arrivants dans un monde qu’ils  ont connu ou pas et qui a complètement changé.
L’État reste dans sa logique financière et maintient le principe de la résidence pour percevoir les avantages en espèce et en nature.
N’y-a-t-il pas d’autres moyens à inventer pour éviter ce gaspillage humain, sans dépenser plus ?

On pense aux AC Marocains majoritaires, mais il y a tous les anciens tirailleurs sénégalais qui sont aujourd’hui au Mali et au Sénégal, tous les anciens combattants des ex-colonies.

Les AC de la communauté Algérienne, c’est différent du fait du statut de l’Algérie française et de la guerre d’Algérie.
Les AC Algériens sont les «  harkis » qui ont été rapatriés, enfin ceux qui n’ont pas été massacrés après l’indépendance…
On leur a permis de rester Français par déclaration, eux et leurs familles, mais leur accueil en France s’est fait dans des conditions très discutables d’un point de vue humain et aujourd’hui enfin on le  reconnaît…
Dans le contexte réglementaire actuel, ils seraient  reconnus comme des réfugiés…

Les Accords bilatéraux Franco-Algériens de Circulation ne prévoient pas de délivrance de certificat de résidence aux AC de nationalité algérienne, ce qui a pu pénaliser certains qui n’avaient pas pu être rapatriés et qui avaient échappé aux massacres dans les mois qui ont suivi l’indépendance.

La médiatisation du film Indigènes a réglé la décristallisation de la retraite du combattant.
La question des pensions militaires n’est pas réglée à ce jour et demeure injuste et discriminatoire.

Les incidences budgétaires seraient sans doute importantes pour la France ?

La France a été condamnée par la Cour européenne et les contentieux sont possibles mais très contraignants pour les intéressés qui n’ont pas l’information et l’envie de partir dans des procédures longues et contraignantes.

J’ai saisi récemment le député Jacques Grosperrin qui a questionné le ministre de la Défense sur cette question pour un AC qui réside au Maroc et qui revient en France pour faire renouveler son droit au séjour en France.

Voir la réponse du Ministre publiée au JO du 18/03/2008 page 2268 .

Partager cette page :
  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.

  • Tours Amitié, 1968, cité de transit

    Le quartier de l’Amitié était à l’origine une « cité de transit ». Les trois tours qui le composent, construites à la fin des années 1960, début 1970, appartiennent à l’Office Public d’HLM.

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,

  • Retraite des immigrés résidents

    Des retraités expliquent comment se déroule leur vie dans un foyer loin de leur famille. Des conditions de vie à la difficulté de vivre seul, ils racontent leur quotidien.

  • AATEM, 20 ans d'accueil des étrangers

    En 1952, trois hommes décident de créer à Besançon une association d'accueil des travailleurs étrangers

  • Histoire de Baba, ancien combattant Marocain

    Je voudrais témoigner de la vie d’un homme qui s’appelait Baba, c’est son prénom. De nationalité marocaine, berbère originaire de Kenifra dans le moyen Atlas… je voudrais qu’il reste une trace de sa vie parce que de traces matérielles il ne reste malheureusement plus grand-chose.