La place des « coloniaux » dans l’histoire militaire du nord-est de la France - La Seconde Guerre mondiale

Sommaire

 

La Seconde Guerre mondiale
Les Français semblent oublier rapidement la contribution des coloniaux à la Grande Guerre puis à la remise en état des mines et des industries du Nord-Est, et le pays connaît une grave poussée xénophobe. Mais dès la reprise des hostilités, en 1939, les coloniaux sont de nouveau sollicités et participent aux combats de 1939-1940. La défaite du printemps 1940 a pour eux des conséquences dramatiques. Les Allemands, mettant en application les théories racistes propagées par le parti nazi et Mein Kampf, massacrent délibérément les tirailleurs sénégalais prisonniers ; entre Abbeville et Amiens, les troupes de la 7e division d’infanterie coloniale sont séparées des autres prisonniers et fusillées. La contribution des coloniaux à la libération de la France, en 1944-1945, est de nouveau importante.

Photo Musée de Clerval

Dans Frontière d’empire, les auteurs concluent ces épisodes douloureux et honteux par ces mots : « Les troupes coloniales, avant d’être rapatriées dans l’empire, sont ponctuellement associées aux cérémonies de la victoire, sans pour autant que l’hommage qui leur est alors rendu soit à l’aune du sacrifice consenti. »

Philippe Godard, à partir de Frontière d’empire du Nord à l’Est. Soldats coloniaux et immigrations des Suds (sous la direction de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Ahmed Boubeker et Éric Deroo, La Découverte, 2008)

Partager cette page :
  • Les Soninkés

    Un peuple d’Afrique sahélienne, installé dans la haute vallée du Sénégal, et qui compte 1 à 2 millions de membres. Ils sont partagés entre le Mali (région de Kayes), le Sénégal (région de Bakel) et la Mauritanie.

  • Esclavage et colonisation

    Situation d’un homme privé de liberté, qui est devenu la possession d’un autre homme qui peut faire de lui ce qu’il veut,