Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

Sommaire

Monsieur B.B. Habite à Planoise,

Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

Mes parents étaient agriculteurs. Ils élevaient des moutons, des chèvres, des vaches et des ânes.
J'ai 7 frères et une sœur. Je suis le cinquième, Je n'ai plus qu'un frère vivant.
Je suis allé un peu à l'école arabe du village. J'aidais mes parents à la ferme.

Insignes tirailleurs marocainsA 22 ans, je me suis engagé dans l'armée française, le 9 septembre 1952 à Kenifra. Elle recrutait pour la guerre d'Indochine. Je suis seul de la famille à m'être engagé. (Mais j'ai un fils qui est dentiste militaire) Mon père n'était pas d'accord. Il voulait que je reste au village.
Le camion nous a emmenés à Meknes. On a passé la visite médicale. Puis on est partis en camion à Rachidia. On a fait la sélection pour l'Indochine durant 6 mois. Puis j'ai eu 25 jours de permission, je suis rentré chez moi.
A la fin de ma permission, je suis reparti à Meknes.
On est passés par l'Algérie pour récupérer deux bataillons. Puis on a pris le bateau pour l'Indochine depuis Oran. 28 jours dans la mer. Tout le monde avait le mal de mer.
A Saïgon, on a retrouvé les officiers. Je  suis resté 2 ans dans le bataillon des tirailleurs marocains. J'ai eu la dysenterie, mais on m'a donné des médicaments. J'ai été blessé au pied par balle. En 1954, après Dien Bien Phu (je me préparais à y aller , mais ce fut la fin de la guerre), je suis rentré au Maroc.
J'ai la médaille militaire, la médaille coloniale, la croix de guerre à cause de ma blessure.
Je pense beaucoup à ce que j'ai fait en Indochine, surtout quand je vois des films.

Je suis rentré au Maroc. Je suis descendu à Casablanca, j'ai eu 3 mois de permission à Kenifra puis à Meknes, puis 6 mois à Casablanca.

Caserne VaubanPuis on m'a dit : «vous, vous allez en France» en septembre 1955.
Je suis allé à Auxerre, puis à Besançon à la caserne Vauban
On faisait des manœuvres un peu partout. Je suis resté un an en Allemagne,
Je me suis engagé pour 4 ans. Après encore 4 ans à Besançon. Et encore 4 ans,
Je vais aux repas des anciens combattants.
J'ai quitté l'armée le 20 septembre 1967.

Partager cette page :
  • Esclavage et colonisation

    Situation d’un homme privé de liberté, qui est devenu la possession d’un autre homme qui peut faire de lui ce qu’il veut,

  • Etudiant algérien à Besançon (1960-63)

    Mon premier contact avec Besançon a eu lieu il y a exactement cinquante ans, presque  jour pour jour, à l’aube d’un matin froid du mois d’Octobre 1960 en débarquant à la gare (Besançon Viotte)  par le train de nuit de Marseille.

  • L'immigration marocaine en Franche-Comté et à Besançon

    C'est par l'histoire de l'immigration marocaine en France et plus particulièrement en Franche-Comté, puis par les témoignages de deux générations successives de Marocains résidents à Besançon que cette étude sera sillonnée.

  • Abdellatif Targhaoui, conteur

    Abdellatif Targhaoui a transformé le jeu des chaises musicales en un jeu des chaises conteuses. Celui où on n’enlève plus de chaises quand il en reste deux et qui se révèlent être celles qui incitent à conter.

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.

  • Epicerie sociale

    Partir pour retrouver les siens. Pour moi le voyage, c‘est un transfert de climat, une sorte de transformation qui se construit par des relations humaines.

  • Le recours aux troupes coloniales

    Pendant la guerre de 39-45, plus de 20 000 hommes originaires d'Afrique du Nord sont morts pour la France.

  • Etudiants français et d'outre mer à Besançon en 1954

    Pourquoi Jean Ponçot choisit-il en 1954 d'écrire son mémoire de DESS de géographie sur le thème des migrations étudiantes?