J'ai connu Besançon grâce à Stendhal

Je suis né à Chien Jin sur les côtes de l’est de la Chine à 120 km de Pékin, il y a à peu près 10 millions d’habitants dans cette ville, c’est la 4e grande ville de Chine. Son industrie dépend surtout de sa position géographique : elle est située au bord de la mer donc elle dispose d’un des plus grands ports maritimes de l’Asie, elle sert de porte d’entrée à Pékin la capitale de la République.

Tu as toujours habité en ville ?
J’ai toujours été citadin

Est-ce que tu as travaillé dans ton pays natal ?
A vrai dire non… a la suite de mon diplôme de licence j’ai essayé de trouver un emploi et je me suis aperçu que ce n’était pas si compliqué.

Est-ce que tu es le seul de ta famille à être parti dans un pays étranger ?
Oh non, j’ai une tante qui est en Allemagne avec son mari et son fils depuis 20 ans, je crois, c’est plutôt eux qui étaient les premiers émigrés et aujourd’hui mon cousin est de nationalité allemande. J’ai une autre tante avec son mari qui a été envoyée à Mexico, ils étaient journalistes fonctionnaires de l’Etat, ils sont en retraite. Ma mère aussi a été envoyée par l’Etat, pour une mission humanitaire au Gabon, à Libreville, elle y est restée 2 ans. Mais moi je n’étais allé nulle part avant de venir en France, c’est pour cela que je voulais sortir un petit peu de mon pays parce que tout le monde racontait ce qu’il voyait à l’étranger. Donc déjà quand j’étais petit j’étais intéressé par le monde extérieur

Pourquoi tu es venu en France alors, pourquoi pas les Etats-Unis, l’Allemagne, puisque tu avais de la famille…
Justement c’est parce que j’avais de la famille là-bas que je ne voulais pas y aller. Parce que j’imaginais que si j’étais allé en Allemagne j’aurais été logé dans la famille donc ça n’aurait pas  changé fondamentalement la situation. Bien sûr en dehors j’aurais pu me faire des amis j’aurais pu essayer de connaître le pays mais j’aurais toujours retrouvé la famille ce n’est pas très intéressant pour connaître la culture. L’Allemagne me plaît toujours beaucoup. Alors pourquoi pas les pays anglophones, anglo-saxons, ah parce que l’anglais était la seule langue étrangère que l’on apprenait à l’école donc il y avait beaucoup de contraintes ; normalement les jeunes n’aiment pas trop ce qui est prévu dans le programme scolaire c’est classique et c’était mon cas. En plus je croyais que je ne parlais pas très bien anglais et finalement ce n’est pas le cas, je me débrouille assez bien en France avec les gens qui ne parlent pas français. Donc j’ai d’emblée exclu les pays anglo-saxons, en fait, le choix était plutôt entre l’Allemagne et la France. Ma mère m’avait beaucoup parlé de la France à son retour de l’Afrique, elle est passée par l’Europe. Elle a surtout visité la France, Paris tout ça, elle a beaucoup aimé ce pays. Et puis j’ai aussi lu des romans en français quand j’étais jeune donc ça m’a beaucoup influencé, par exemple, j’ai lu la série des « Mousquetaires » de Dumas, c’était assez long mais assez amusant, et un autre livre qui est bien plus dramatique « Le Rouge et le Noir »  de Stendhal qui a été vraiment le roman de référence de ma jeunesse. C’est dans ce livre que j’ai connu Besançon et donc après j’ai fait une recherche sur Internet j’ai trouvé des choses intéressantes à Besançon : le CLA, l’Université de Franche-Comté qui a une faculté de droit qui correspond à mon profil. A la suite de cette recherche j’ai essayé de trouver une agence pour organiser mon départ parce que ce n’est quand même pas évident de contacter directement les institutions françaises, l’Université ou le Centre de Linguistique Appliquée, il a fallu des intermédiaires

Théière donnée par ses parents lors de son départ

Tu as pris des cours de français en Chine avant de venir ?
C’est ça, je ne sais pas pour d’autres pays comment ça se passe, mais au moins pour la Chine tout chinois qui souhaite venir en France est obligé de suivre une formation linguistique de 500 heures, 500 h ça suffit pour connaître peu ou prou le système grammatical et apprendre les prononciations de base et c’est ça ma formation linguistique avant de venir en France

Ca fait 8 ans que tu es en France c’est ça ?
Maintenant ça fait plus que 8 ans oui parce que je suis venu en France en février 2005 donc on est en septembre 2013, donc ça fait 8 ans ½

Est-ce que tu as eu des problèmes pour tes papiers à ton arrivée en France ?
Au niveau carte de séjour c’est assez encadré, assez rigoureux, je ne sais pas pour d’autres motifs de séjour mais au moins pour le séjour des étudiants. Chaque année je dois renouveler ma carte de séjour. Lorsque j’étais en thèse, j’ai été nommé allocataire de recherche. J’étais une sorte d’agent public contractuel en fait, ce qui n’est pas conditionné par l’exigence de nationalité, j’avais accès à cette fonction. Mais il a fallu que j’obtienne une autorisation provisoire de travail auprès de la direction du travail. Et cela c’est un problème assez difficile à résoudre. Trois documents étaient indispensables : carte d’étudiant, autorisation provisoire de travail, contrat de travail. Ces trois documents sont indispensables et concomitants à l’obtention de la carte de séjour.
C’était bizarre, pendant 3 ans, j’ai été chaque année confronté à ce genre de problème mais ça s’est résolu.

Comment ? quelqu’un est intervenu ou…
Non non ça s’est résolu finalement assez bien, les personnes qui sont en fonction ne sont pas des machines qui appliquent des règles, j’ai essayé de leur expliquer le problème et à partir de la 2e année ces personnes ont commencé à comprendre. La 1e année j’ai dû faire tous les papiers en même temps dans la même matinée à courir entre les institutions, la Préfecture, la direction du Travail et la Présidence de l’Université. Bien sûr les Institutions sont plus ou moins intransigeantes donc j’ai pu réussir, puis les autres années, j’étais habitué à ces démarches assez compliquées, ma formation de juriste m’a quand même aidé pour tout cela, déjà psychologiquement. Mais je ne suis pas sûr que je connais le problème mieux que les autres, j’ai des réflexes de juriste, je ne panique pas parce que je me dis que c’est un problème tout à fait normal

Est-ce que tu retournes souvent en Chine ?
Oui je retourne souvent, si on peut dire souvent, car je rentre en Chine au moins une fois par an, parfois 2 fois par an. Enfin une fois par an ce n’est pas très souvent mais chaque fois que je rentre j’y reste assez longtemps au moins pour 2 mois, c’est assez long parfois ça allait jusqu’au-delà de 2 mois. J’essaie de profiter de ma famille et en même temps j’essaie de voyager avec elle pour connaître le pays. Comme je suis en thèse, quand je rentre en Chine c’est aussi pour faire des recherches là-bas, comme je fais une thèse en Droit Comparé donc une moitié de ma thèse s’intéresse plus au droit chinois, et l’autre au droit français c’est très compliqué, c’est comme si je faisais 2 thèses différentes, 1 thèse en chinois, 1 thèse en français puis une 3e thèse qui les synthétise qui les combine. Une thèse c’est toujours un monument dans la vie de certains

L’amour des deux pays
Mais est-ce que quand tu es en Chine pendant 2 moi, il y a quelque chose de la France qui te manque ?
Oui les amis français même les habitudes françaises que j’ai prises euh manger des croissants le matin (rires) j’aime autant la nourriture de déjeuner chinois ça me déplaît pas non plus par exemple, ça me plaît beaucoup même, donc quand je suis en Chine je profite au maximum en fait de ce qui existe en Chine et quand je suis en France je fais la même chose pour la France mais je pense pas trop en fait quand je suis dans un pays à l’autre par exemple quand je suis en France je fais ben, je fais ce que je peux au niveau alimentaire mais c’est pas forcément chinois et puis je mange aisément dans les restaurants français ça ne ma manque pas en un mot les 2 pays ne me manquent pas quand je me trouve dans l’un ou dans l’autre.



Le tourisme en Chine
Mais tu voyages où par exemple
Dans l’ensemble du pays parce que par exemple je ne connais pas trop le sud de la Chine la province de Yunan où il y a beaucoup de paysages naturels, des réserves, des petits villages traditionnels, qui sont surexploités économiquement. On trouve rarement des villages intéressants qui ont pu garder leur identité et leur authenticité. La plupart sont ultra-commercialisés. Aujourd’hui il y a des villes ou des villages entièrement transformés en centre commercial, il n’y a que des hôtels et des boutiques. Par exemple la ville de Fong Wang,, qui signifie Phoenix en français, j’y suis allé quand j’étais à la fac en Chine, il y a 12 ans, c’était vraiment une ville où le tourisme venait de voir son début et les gens étaient encore assez isolés du monde extérieur, assez ingénus. On aurait dit qu’ils ne savaient pas trop comment utiliser leurs ressources touristiques, ils vendaient des choses à des prix ne correspondant pas au prix qu’on connaissait à l’extérieur c’était dérisoire. Le cadre était très sympa et très rudimentaire et c’était ça qui était intéressant et comme je venais de la ville, je n’avais pas envie de voir ce que je voyais en ville dans  les marchés couverts ou dans les centres commerciaux. Il n’y avait même pas de lumière, on était comme dans la nuit, on devait sortir avec une torche c’était intéressant et sans danger, les villageois faisaient toujours ainsi. Mais 12 ans plus tard j’y suis allé  avec des amis et ma mère et le village entier était transformé en site touristique il n’y avait que des boutiques. On trouvait des artisans et des artistes, c’est plutôt bien mais bon ça change aussi considérablement l’allure de la ville, tous les habitants avaient vendu ou loué leurs locaux aux sociétés touristiques ou avaient transformé eux-mêmes leur maison en hôtel. La pollution lumineuse est importante. Il y a 12 ans on sortait avec les torches maintenant on ne peut pas trouver un endroit calme et serein.

Souvenirs de l’arrivée en France
Tu te souviens de ton arrivée en France ?
Oui, je suis arrivé avec un groupe de chinois, tous clients de cette agence qui nous a facilité le voyage surtout les papiers par exemple les préinscriptions à l’université française. J’ai été surpris par un contrôle que j’ai trouvé tout à fait inhabituel, qui a eu lieu avant qu’on passe la douane. 2 agents nous ont arrêtés pour examiner les papiers sur place sans procédure particulière. Finalement ça s’est bien passé mais ça m’a étonné. J’étais très enthousiaste pour mon arrivée en France. Dans l’avion j’ai même fait connaissance avec une française qui s’appelle Laure. Je me rappelle toujours de son nom parce que c’était la première française que je rencontrais et puis elle nous a un petit peu dirigée vers les sorties, elle était très sympathique, elle venait de faire un voyage en Chine. De l’aéroport de Paris à Besançon, on est arrivé avec un autocar dans la nuit du même jour, il y avait une neige impressionnante à Besançon, c’était vraiment un bel accueil. On s’est installés à la Résidence Universitaire de Planoise comme la plupart des chinois qui venaient en France à l’époque. Les logements étaient neuf et assez vastes. Mais Planoise ne me plaît pas trop parce que les activités culturelles proposées ne correspondent pas vraiment à mes goûts. Donc au milieu de mon séjour à la résidence j’ai eu des contacts avec ma propriétaire actuelle Mme Catherine Duvernoy par le biais du service du logement du CLA et en août 2005 j’ai déménagé au centre ville là où nous sommes aujourd’hui Je trouve que c’est bien d’habiter en ville pour mieux connaître la culture et se faire des amis au lieu de rester toujours dans une ambiance entre chinois.

Projets
Quels sont tes projets pour l’avenir alors tu penses rester en France ?
Alors rester peut-être pas définitivement mais au moins pour un terme relativement long car je voudrais adresser ma candidature au Conseil National des Universités à la suite de ma soutenance de thèse pour devenir enseignant-chercheur. Sinon en attendant je peux aussi m’inscrire à l’école des avocats car j’aurai plein-droits pour m’y inscrire sans passer l’examen en tant que docteur en droit. Il faut que je fasse quelque chose en France au moins pour valoriser ce que j’ai fait pour contribuer au développement de la recherche. La France m’a quand même financé pour une longue période de ma thèse, ce n’est pas la Chine qui m’a financé donc je me sens quand même redevable de quelque chose c’est normal, on n’est pas des ingrats. Je pense aussi à ce que je peux apporter à la France, mais c’est important aussi pour mon équilibre, pour mon amour propre. Et en même temps je dois aussi valoriser ce que j’ai fait en France comme études, faire des projets de recherche et si je peux créer une connexion entre les 2 mondes la Chine et la France ce sera idéal. Si je rentre immédiatement en Chine après mes études je romprai le lien avec la France, ce qui serait facile, parce que normalement la possibilité de rentrer en France après les études  pour les étudiants étrangers est très mince. Ce n’est pas toujours évident d’être à la fois reconnu par la France et la Chine, mais ce serait bien.

Tu as déjà envisagé 2 choses en France enseignant-chercheur ou avocat mais si tu rentres en Chine tu aurais quoi comme perspectives ?
Ca serait enseignant-chercheur aussi parce que je ne peux pas être avocat en Chine, et en France non plus, parce que je n’ai pas la nationalité française pour être reconnu par le Conseil du Barreau. Bien sûr je peux suivre la formation à l’école des avocats et je peux passer l’examen final, c’est-à-dire que je peux avoir le diplôme mais c’est tout. Je pourrai quand même travailler dans un cabinet d’avocats, cependant quand je rentre en Chine je suis obligé de repasser l’examen, en France, je suis exempt d’examen mais en Chine non. Je n’ai pas le titre de docteur en droit en Chine mais je pourrai obtenir  un poste d’enseignant-chercheur, ça c’est possible.

La double nationalité
Est-ce que tu envisagerais de demander la double nationalité ?
La double nationalité n’est pas admise par la Chine.

Si la Chine acceptait l’idée de la double nationalité, tu ferais la demande ?
Oui bien sûr je demanderais ça sans hésitation. Ca me faciliterait beaucoup la vie ça oui. Parce qu’il faut l’avouer j’ai déjà des sentiments très attachés pour la France après avoir passé 8 ans de la vie et ces 8 ans sont la partie de ma vie la plus intéressante, la plus brillante pour tout être humain. Je commence à avoir un amour envers ce pays, ce n’est quand même pas rien 8 ans. Et  j’y ai des amis, j'y ai fait des choses, j’ai fait une thèse ici, j’ai enseigné. Grâce à ces expériences j’ai pu aussi approfondir ma connaissance de cette culture française, de son histoire, de ses traditions. Je ne suis pas sûr de connaître moins la France que certains français et au niveau linguistique j’ai peut-être encore des lacunes mais ça s’apprend. Tout le monde ne parle pas parfaitement sa langue non plus.

L’apprentissage de la citoyenneté
En plus c’est aussi la France qui m’a appris comment être citoyen, au lieu d’être un simple individu au sein de la société, parce que quand j’étais en Chine, j’étais encore très jeune, je n’avais jamais voté, jamais participé à des activités sociales ou politiques j’étais nourri par la famille toujours protégé par mes parents donc j’étais quelqu’un de la famille je n’étais pas un citoyen de la République mais en France j’ai appris plus que cela.

L’immigration en France
Est-ce que tu penses qu’en France il y a trop d’immigrés ?
Mais la France est un pays d’immigration, ce pays est constitué par les immigrés dès le départ, dès Clovis. Clovis était immigré de la Germanie, Charlemagne aussi et les Wisigoths, les Vandales et ça n’a jamais arrêté. La France est un pays dont l’histoire est constituée par des courants d’immigration, si on exclut les immigrations, la France ce sera un pays « foutu », fini, en France il n’y aura plus d’évolution possible.

Est-ce que tu aurais quelque chose à ajouter sur des questions que je n’ai pas posées ?
Je voudrais ajouter que je trouve la plupart des français très sympathiques. Le milieu social que j’ai rencontré m’a beaucoup aidé, beaucoup plu, j’ai eu des contacts avec des amis vraiment considérables. Mais ce qui m’a un peu choqué, pourtant, un peu saisi, c’est une sorte de tolérance au niveau, comment dirais-je, de cette catégorie de personnes qui errent dans la rue, qui n’ont pas beaucoup de choses à faire, parfois ça me choque un peu cette image là que je ne connaissais pas. En Chine ça n’existe pas, mais j’imagine qu’il doit y avoir des gens comme ça mais je ne sais pas, ils sont peut-être cachés par les forces publiques, mais en France, ils sont tolérés, ah c’est la différence de culture peut-être.

Quelques mots en chinois :


"Je m’appelle Xiao Wei Sun je viens de la Chine, j’avais 23 ans (quand je suis arrivé). J’ai fait mon master à l’Université de Franche-Comté et puis je suis en thèse maintenant, après ma thèse je souhaite devenir universitaire enseignant-chercheur afin de contribuer aux échanges intellectuels entre la France et la Chine."

Partager cette page :