Des premiers jours difficiles

Je viens d’un pays d’Afrique et après avoir obtenu mon Bac comme beaucoup d’autres confrères africains, j’ai eu l’honneur de venir continuer mon cursus universitaire ici à Besançon.

Voilà l'histoire de mon premier jour à Besançon.

Une ville magnifique et surtout étudiante. Mais souvent pour un étudiant africain qui arrive en Europe c’est une expérience très différente par rapport à ce qu’il a vécu auparavant.

 

Premièrement, on ne peut réserver une chambre au Crous que si on est étudiant boursier. Or, tous les étudiants africains n’ont pas le droit à une bourse pour aller étudier à l’étranger. Souvent certains parents courageux vont jusqu’à faire un emprunt à la banque pour que leur filles ou fils puisse s’offrir d’autres opportunités à l’étranger. Tel a été le cas des mes parents.

Mon premier jour à Besançon il pleuvait, si bien que toute mes affaires étaient mouillées. J’ai atterri à l’hôtel Foch qui est juste en face de la Gare de Besançon. J'ai choisi cet hôtel pour ne pas me perdre dans cette ville ou tout me semblait nouveau et dans laquelle j’étais un peu perdu je l’avoue. Le lendemain c’était la routine qui commençait, il fallait que je trouve où se situait la fac pour compléter mon inscription, franchement, ça n’a pas été facile. Une fois cette étape terminée il me restait encore un grand parcours à franchir :aller me trouver un logement moins cher car à l’hôtel les poches se vidaient très vite (j’ai du payer 850 euros juste pour 2 semaines). Au Crous c’était toujours la même réponse : « Monsieur il n’y pas de chambre pour vous, vous n’êtes pas prioritaire ». Pendant plus d’un mois je n’avais pas d’adresse fixe faute de moyens car j’avais presque tout dépensé à l’hôtel. Entre temps les cours ont commencé et j’accumulais du retard dans mes études. J'ai fini par trouver un couple d'étudiant qui m’a hébergé pendant 3 mois jusqu’à ce qu’enfin je trouve une chambre au Crous suite à l’intervention d’un responsable de la fac.

Puis il reste encore l’étape la plus difficile celle de faire les papiers : la carte de séjours, ouvrir un compte alors qu’on n'a plus grand chose à placer dessus. Une fois qu’on a trouvé sa chambre il faut trouver un cautionnaire qui habite nécessairement en France pour qu’il paie une garantie de 3 mois. Toutes ces démarches te coûtent souvent ton premier semestre .

Pour pouvoir garder ma chambre j’ai du trouver un travail en plus de mes études ce qui n’est pas facile. Une fois qu’on a trouvé un travail on a l’impression que tout va rentrer dans ordre, mais très vite on se rend compte que c’est très difficile d’être un étudiant salarié. Malheureusement beaucoup entre nous sont obligés de passer par là, d’étudier et de travailler à côté. Ce qui laisse peu de temps pour réviser, et se consacrer à ses études.

Je finirai en remerciant toutes les personnes qui font tout leur possible pour améliorer l’accueil et l’intégration des étudiants étrangers car la rencontre et l’engagement de certaines personnes auprès des étudiants étrangers m’ont énormément solidifié dans les moments difficiles. J’espère une meilleure intégration pour les étudiants internationaux à venir.


Partager cette page :
  • Le PKA, sport et insertion

    Le PKA signifie Planoise Karaté Academy. C'est une association sportive et Planoise c'est le nom du quartier où elle est implantée depuis maintenant vingt ans, un quartier dit sensible à Besançon.

  • Migrations, études et difficultés financières

    Une étudiante guinéenne explique ce qui motive le choix des filières d'étude pour les étudiants africains.

  • Pour mon village

    0n est arrivé là-bas le soir. On s’est perdus parce qu’on était vraiment dans la brousse. Et dans la brousse, il n’y a pas de route.

  • Conférence migrations et circulations transsahariennes

    Les migrations transsahariennes, de régionales, sont devenues internationales voire intercontinentales pour une minorité de Subsahariens.

  • Mon Afrique, mes traces...

    Ces maux en moi qui ne veulent plus partir... ces maux qui sont nés avec moi et qui restent en moi... Comment arriver à les faire disparaitre

  • Une certaine idée de la France

    « Quand j’étais enfant, dans mon village au Congo, j’ai su que plusieurs de mes grands-oncles avaient fait la guerre en France, la grande, celle de 14-18, puis celle de 40 et d’Indochine.

  • Un africain blanc à Besançon

    Non, Ian Turner n’est pas albinos, il est issu d’Afrique du Sud, là où 10% de la population est blanche, et il fait partie de la minorité anglophone, (1/3 des blancs), et non pas afrikaner.