Témoignage: les conditions d'études d'un étudiant guinéen dans les années 1960-1970

Ousmane Bangoura nous décrit le début de ses études à la faculté de sciences à Besançon en 1964. Il était alors l'un des seuls étudiants africains.

À la fin de ses études en 1975, la situation difficile de la Guinée ne lui permet pas de rentrer chez lui (en savoir plus sur l'histoire de la Guinée ). Il passe alors le CAPES et devient professeur de chimie dans un lycée de Besançon.
Il nous explique ensuite comment se passaient ses études au quotidien. Il travaillait de 3h du matin à 7h, puis suivait ses cours jusqu’à 18h, heure à laquelle il était surveillant dans des cantines scolaires.
Il nous rappelle enfin que selon lui, tout étudiant africain doit avoir à l’esprit qu’un jour, il devra retourner chez lui. Mais explique-t-il cette volonté est souvent brisée.

Ecouter son témoignage

 

Son recueilli par Claude Gouin

Partager cette page :
  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Bita, Iranienne, depuis 34 ans à Besançon

    Je suis Iranienne. Je suis née à Téhéran le 1er novembre 1953.
    On était 2 soeurs. Je viens d'une famille assez aisée. Mon père était cadre, conseiller de 5 ministres du shah.

  • Témoignage d'un étudiant de Djibouti

    Pour commencer, l'aéroport Charles de Gaulle est certainement deux fois plus vaste que le département où j'ai grandi.

  • Migrations, études et difficultés financières

    Une étudiante guinéenne explique ce qui motive le choix des filières d'étude pour les étudiants africains.

  • Les cerveaux qui se perdent...

    Elle vit depuis huit ans à Besançon. Cette jeune diplômée guinéenne veut rentrer en Guinée, pour développer des projets relatifs à son doctorat en Sciences du Langage. Elle a décroché son diplôme le 14 janvier 2011, à l’Université de Franche-Comté, avec une mention très honorable et les félicitations du jury.

  • Les étudiants étrangers à Besançon en 1975 et 1982

    D'après les service du CROUS, ces étudiants viennent à peu près tous de l'extérieur et n'appartiennent pas à des familles établies en France.

  • « On m’appelait la veuve »

    Mon mari a pris sa retraite, il venait tous les deux ans mais il restait plus longtemps. Entre trois et cinq mois. Un jour, il m’a proposé de venir en France pour un mois de vacances.

  • J’ai voulu découvrir la vraie France, celle de derrière les prospectus

    Il en est des jeunes gens qui sont intarissables sur leur vie, sur la vie, sur les gens, qui débordent d'envie de faire les mondes se rapprocher et se mélanger, parce que c'est évident. Comme le sourire et dire 'bonjour'.