Témoignage d'un étudiant péruvien

Ricardo David Arbulu Guerra est venu de Lima, au Pérou, pour poursuivre ses études à Besançon. Il est enthousiaste !

Mon séjour à Besançon pendant ces deux mois et demi a été mon premier séjour de longue durée en Europe. D’ailleurs, c’est la première fois que je viens en Europe. Avant d’arriver à Besançon j’ai pu visiter Paris, Lyon et Grenoble. Je trouve que chaque ville a un charme spécifique, c’est-à–dire des caractéristiques qui lui sont propres. Or, Besançon présente d’emblée aux touristes des attractions touristiques historiques et naturelles auxquelles j’ai eu la possibilité d’avoir accès. J’ai trouvé génial le rapport avec la nature, comme les marchés à côté de la rivière et les réunions au bord du Doubs avec les étudiants étrangers du CLA pendant l’été. Là,  j’ai pu connaître des Mexicains, et des personnes de beaucoup de pays. Ce rapprochement  facile dans des endroits tranquilles pour échanger avec d’autres étudiants de différents pays est le côté formidable de cette ville, et j’espère qu’on ne le perdra jamais. Je trouve géniales aussi toutes les activités culturelles qu’on organise souvent dans les parcs et sur les places de toute la ville, ou même dans beaucoup d’endroits à la fois, comme le festival Musiques de rues.
Par ailleurs, je pense que l’Université, et en particulier la faculté où je vais étudier sont géniales.  Il y a aussi un accès facile aux activités sportives de tous genres à la Bouloie, plus précisément aux SUAPS et STAPS. Je fais du basket et j’ai pu cotoyer beaucoup de sportifs de haut niveau. La fac de lettres offre des cours très intéressants et pluridisciplinaires, et le cadre d’études me permet de développer tout mon potentiel. Je sens que les professeurs et les élèves accueillent formidablement les élèves étrangers. J’ai pu  voir un fort mouvement de fidèles catholiques de tout âge et aussi de jeunes ; il y a beaucoup d’églises, de la même façon qu’au Pérou, alors d’une certaine manière cela m’a permis de me faire des amis et de me sentir accueilli et plus a l’aise. J’ai pu aller deux fois aux aumoneries des étudiants, ce sont des réunions d’étudiants catholiques toutes les deux semaines. J’ai pu aller quelques mardis à la messe dans une communauté près de la cathédrale, où sont allés des jeunes et des personnes de la même communauté (c’est la communauté qui organise les aumoneries). En fait, la famille qui m’a accueilli est catholique aussi, c’est aussi grâce à eux que j’ai pu avoir contact avec la communauté dont je viens de parler.
J’ai connu cinq Péruviens qui sont venus étudier ici, trois filles à la fac de lettres, et un garçon et une fille qui font une maîtrise de droit à la Bouloie. J’ai pu bien parler avec eux et participer à quelques activités culturelles.


Partager cette page :
  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Témoignage d'un étudiant de Djibouti

    Pour commencer, l'aéroport Charles de Gaulle est certainement deux fois plus vaste que le département où j'ai grandi.

  • Exposition Empreintes : 4 histoires de vie

    Nos ancêtres ont traversé les frontières, nous vivons là, mais nous sommes d’ailleurs, intrinsèquement témoins, malgré nous, des espaces cultivés de nos aïeux.

  • Mon joyeux exil à Besançon

    Une étudiante algérienne exprime son bonheur d'avoir pu étudier à Besançon. C'est l'occasion pour elle de parler de sa ville d'origine, Saïda.

  • Les étudiants étrangers à Besançon en 1975 et 1982

    D'après les service du CROUS, ces étudiants viennent à peu près tous de l'extérieur et n'appartiennent pas à des familles établies en France.

  • Sais-tu d'ou je viens

    L'émission de radio "Sais-tu d'ou je viens" est tous les jeudis de 18h à 19h sur radio campus Besançon. L'émission donne la parole aux étudiants internationaux afin d'ouvrir une porte sur leur monde, les études, la langue, la culture, leur pays, etc....

  • J’ai rencontré un peuple solidaire!

    Je m’appelle Nelly Trelles-Verdot, je suis péruvienne et je suis née le 12 novembre 1967. J’habite en France depuis l'an 2000 car je suis mariée à un Bisontin, Jean Marc et j’ai trois enfants.

  • Destin administratif

    « J'ai eu un passeport yougoslave puis un passeport serbe puis un passeport des Nations unies et bientôt un passeport kosovar... »